Décès de la petite Mila : le tribunal réfute la théorie de la belle-mère après cinq ans

Près de cinq ans après son décès, le procès de la petite Mila continue d’être poursuivi afin d’élucider cette affaire. Portée devant le tribunal des Pyrénées-Orientales, plusieurs experts de la médecine légale ont témoigné sur les causes de la mort de la fillette. Zoom sur les aveux des experts.

En août 2016, Mila âgée de 2 ans, succombait face à la violence répétée de sa belle-mère à son égard. Cinq ans plus tard, l’affaire continue d’être poursuivie en justice selon les informations de France 3 Régions. Ouvert depuis le vendredi 12 février 2021, le procès contre Sabrina Meulen a repris son cours.

Comme l’a dévoilé un extrait de vidéo de l’audience, les experts en médecine légale se sont succédés à la barre afin de révéler les causes du décès de la fille de 24 mois. Des auditions qui ont conduit au refus de la théorie de la grand-mère par le tribunal.

UNE THÉORIE JUGÉE IRRECEVABLE

Le lundi 15 février 2021, les professionnels de la médecine se sont relayés tour à tour à la barre du tribunal des Pyrénées-Orientales. Leurs témoignages évoquent le décès de la petite fille suite à un œdème cérébral, et à des hémorragies causées par plusieurs légions.

Le médecin légiste affirme que la chute unique de ce bébé ne pouvait pas être la cause de toutes ses lésions qu’il a examinées sur son corps.

Rappelons qu’au moment de l’incident tragique, la belle-mère de la fillette s’était justifiée auprès des services de secours en affirmant la chute de Mila dans la douche.

Une théorie à laquelle l’expert légiste s’inscrit en faux. Ce dernier a rajouté en expliquant que le décès de Mila a été causé par des chocs répétés.

Il a également souligné que le corps de la fillette était couvert de près d’une cinquantaine d'ecchymoses, dont la preuve des pressions des coups.

UNE MALTRAITANCE DÉCELÉE

Depuis les faits tragiques en 2016, la trentenaire qui avait la garde de la fille de 24 mois nie l’existence de toute violence. Après une autopsie minutieusement menée par les experts, il en résulte que la petite Mila était victime de maltraitance.

Mais en l’absence des preuves, les avocats de Sabrina Meulen plaident pour sa non-culpabilité, tandis que la famille maternelle de l’enfant quant à elle, refuse de croire à la version donnée par la femme de 35 ans. 

L'AFFAIRE TONY TRADUIT EN JUSTICE

Le lundi 1er février 2021, le tout premier procès de cette affaire Tony a débuté cinq ans après son décès tragique. La cour d’assise de la Marne a accueilli le témoignage bouleversant du légiste et des enquêteurs. Découvrez les déclarations des experts.

Les postes connexes
Décès de Kobe Bryant, de sa fille et de 6 autres personnes : les causes de la catastrophe
Getty Images
International Feb 10, 2021
Décès de Kobe Bryant, de sa fille et de 6 autres personnes : les causes de la catastrophe
Décès du petit Tony : le parquet demande 30 ans contre son beau-père, cela a fait polémique
Getty Images
Actu France Feb 05, 2021
Décès du petit Tony : le parquet demande 30 ans contre son beau-père, cela a fait polémique
Décès du petit Tony à 3 ans et demi abattu par son beau-père : près de 60 blessures
Twitter/le_Parisien
Actu France Feb 02, 2021
Décès du petit Tony à 3 ans et demi abattu par son beau-père : près de 60 blessures
Yanis, 5 ans, tué pour un "pipi au lit" : 28 ans de prison pour son beau-père
twitter.com/VDNSaintOmer
Actu France Nov 20, 2020
Yanis, 5 ans, tué pour un "pipi au lit" : 28 ans de prison pour son beau-père