logo
 Shutterstock.com
La source: Shutterstock.com

Un homme “décédé” revient à la vie sur la table d’autopsie

Cathya Harena Raoelina
04 mars 2021
14:20
Partager
FacebookFacebookTwitterTwitterLinkedInLinkedInEmailEmail

Un jeune Indien déclaré mort à la suite d'un grave accident de moto s’est soudainement mis à bouger sur la table d'autopsie, lorsqu’un médecin a voulu faire un examen post-mortem.

Annonces

Ce n’était visiblement pas son heure ! En effet, un Indien de 27 ans, grièvement blessé après un accident de moto a été transporté d’urgence dans un hôpital, dans un état critique.

Après quelques jours au sein de l’établissement, les médecins qui étaient en charge du jeune homme ont confirmé qu’il était bel et bien décédé.

Annonces

Des faits démentis par le pathologiste qui allait faire subir un examen post-mortem au corps. Celui-ci a indiqué que le vingtenaire n’était pas mort et qu’il bougeait encore.

LE MAUVAIS JUGEMENT DES MÉDECINS

Shankar Gombi, le jeune homme originaire de la ville de Mahalingapur dans l'Etat du Karnataka a été admis dans un hôpital privé après son accident. Il y est resté pendant deux jours sous observation avant que les médecins déclarent qu’il était en état de mort cérébrale.

L’établissement a alors demandé à la famille de celui qui est supposé mort de prendre le corps. Et c’est ce qu’ils ont fait d’ailleurs.

Annonces
Annonces

LA FAMILLE A PORTÉ PLAINTE

La dépouille de Shankar Gombi a été envoyée à l'hôpital gouvernemental de Mahalingapur à Bagalkote le 27 février 2021, où elle devait subir l’autopsie. Pendant ce temps, la famille s’est déjà préparée pour les funérailles.

La cérémonie n’a finalement pas eu lieu puisque le jeune homme était en vie. Le médecin chargé d’effectuer l'autopsie a avoué que le corps a bougé quand il l’a touché. Un fonctionnaire des services de la santé a aussi confirmé ce qui s’est passé.

Annonces

Tout de suite alors, le jeune homme a été emmené dans un hôpital. Et d’après les informations, son état s’est même amélioré.

Quant à sa famille, elle a déposé une plainte pour négligence médicale contre l’établissement privé où Gombi a été admis après son accident.

UN CAS SIMILAIRE AU KENYA

Un autre cas ressemblant s’est produit au Kenya il y a pas longtemps. Un homme qui a été déclaré mort est revenu à lui alors que les employés de la morgue s'apprêtaient à l’embaumer.

Annonces
info
Veuillez nous indiquer votre adresse e-mail afin que nous puissions partager avec vous les meilleures de nos histoires !
En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité