Getty Images
La source: Getty Images

Lyne Chardonnet, l'actrice prometteuse décédée trop tôt

Pauline Nadege Eyebe
05 mai 2021
17:40
Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

Voici plus de 40 que l’actrice Lyne Chardonnet a disparu. Partie très tôt, sa filmographie bien que très courte témoigne du talent qui était le sien. Redécouvrez Lyne Chardonnet, l’actrice qui s’en est allée bien trop tôt.

Annonces

Le 11 décembre 1980, la France perdait une talentueuse actrice. Lyne Chardonnet n’avait pas eu le temps de démontrer au monde l’ampleur de son talent. Pourtant malgré sa jeunesse, elle avait pu tourner avec des légendes avant d’être emportée par un cancer.

UNE ARTISTE NÉE

Lyne Chardonnet avait vu le jour en 1943. Issue d’un mélange de cultures, elle découvre la scène pour la première fois vers l’âge de 5 ans. Elle y faisait alors de la danse classique.

L'actrice Lyne Chardonnet | photo : Getty Images

Annonces

Elle n’était encore qu’étudiante au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique quand elle décrocha ses premières récompenses. Ses débuts au cinéma se firent en 1966 grâce à "La guerre est finie" d’Alain Resnais.

Un an plus tard, elle incarna Jacotte dans le film de Michel Deville, "Benjamin ou les mémoires d’un puceau". En 1968, l’actrice figurait dans "Bruno, l'enfant du dimanche" où elle donnait la réplique à Roger Hanin.

Lyne Chardonnet fit sensation dans "Mon oncle Benjamin", un film d’Édouard Molinaro sorti en 1969. En 1971, c’est avec Guy Bedos qu’elle collaborait dans le film, "L'œuf".

Dans son parcours, Lyne Chardonnet avait eu à travailler avec Alain Delon, à qui elle avait donné la réplique dans "L’homme pressé", elle avait aussi eu à collaborer avec Louis de Funès et Jean Gabin.

Annonces

Une collaboration dont elle était particulièrement fière. Elle avait déclaré en 1976, que grâce à Jean Gabin, elle avait acquis un sens plus poussé du professionnalisme, ce qui était particulièrement rare en France à cette époque-là.

L'actrice Lyne Chardonnet et Louis de Funès | photo : Getty Images

Annonces

À la télévision, Lyne Chardonnet eut la chance de jouer dans les "Gens de Mogador" en compagnie de Marie-France Pisier, Jean-Claude Drouot, Brigitte Fossey et bien d’autres.

LE DÉBUT DE LA FIN

La vague de féminisme qui survint au début des années 1970 porta un terrible coup à la carrière de l’actrice. Elle, qui avait incarné avec succès les jeunes femmes candides, ne cadrait plus avec la vision que l’on avait du rôle d’actrice.

Pire encore, celle qui arborait au début de sa carrière une longue crinière blonde avait subitement décidé de porter une coupe courte. Les réalisateurs avaient du mal à caser sa nouvelle physionomie dans leurs films.

Annonces

Ce changement de look fit en sorte qu’elle passa des premiers rôles aux seconds rôles inintéressants.

LA FIN D’UNE ÉTOILE

Les actrices Claude Jade et Lyne Chardonnet | photo : Getty Images

Annonces

Comme une étoile filante, Lyne Chardonnet n’avait eu que très peu de temps pour profiter de la vie. Une vie qu’elle partagea avec Paul-Loup Sulitzer qu’elle épousa en 1968.

Leur divorce en 1969 lui permit de rencontrer l’homme qui fit battre son cœur jusqu’aux derniers instants de sa vie, Jacques Cortal. Avec le metteur en scène, ils eurent une fille Léa.

Celle-ci n’avait pas eu le temps de connaître sa mère, car celle-ci mourut alors que Léa n’avait que 6 ans. Face à l’adversité, Lyne Chardonnet ne baissa jamais les bras.

Atteinte d’un cancer du foie, l’actrice fit taire sa douleur, l’espace d’un instant afin de tourner ses ultimes scènes dans la série "Le mystère de Saint Charlu". Elle fut vaincue par le cancer le 11 décembre 1980, Lyne Chardonnet n’avait que 37 ans.

Annonces

En 2003, Jacques Cortal lui rendit un vibrant hommage à travers son film "Quand je vois le soleil". Celui-ci parle d’une danseuse atteinte d’une maladie incurable. Cette dernière est incarnée par Marie-Claude Pietragalla.

L’actrice connue pour ses cheveux d’or avait été enterrée au cimetière de Soisy-sous-Montmorency.

Annonces

LA MORT DE BOURVIL

Parmi les acteurs talentueux qui sont partis très tôt, il y avait André Raimbourg, connu sous le pseudonyme de Bourvil.

L'acteur français Bourvil lors du tournage du film "L'étalon"de Jean-Pierre Mocky | photo : Getty Images

Sa disparition en septembre 1970 avait place à de nombreuses questions, notamment celle de savoir ce qui était à l’origine de ce décès prématuré. Retour sur la maladie dont il souffrait.

Annonces