Bonne nuit : Les gens qui préfèrent se coucher tard ont plus de chances de mourir plus tôt

Selon une nouvelle étude, le fait de se coucher tard - indépendamment de la durée du sommeil - augmenterait le risque de décès prématuré.

Mauvaise nouvelle pour les noctambules. Si les effets du manque de sommeil, comme le développement de maladies cardio-vasculaires ou de diabète étaient connus, des scientifiques ont réussi à démontrer que l'heure de sommeil devait également être prise en considération. Selon une vaste étude publiée jeudi 12 avril dans la revue Chronobiology International, le fait de se coucher tard engendrerait un risque de mortalité supérieur à la moyenne.

Kristen Knutson, de la North­western University de Chicago, et Malcolm von Schantz, de l’université du Surrey, se sont intéressés aux données de la Biobank du Royaume-Uni. Un programme qui étudie la part de la génétique et de l’environnement dans le développement de certaines maladies, auprès d’une large cohorte d’environ 500 000 Britanniques.

Les participants ont répondu à un questionnaire sur leur mode de vie, notamment en matière de sommeil. La question "Vous considérez-vous comme étant : indéniablement du matin, plus du matin que du soir, plus du soir que du matin, ou indéniablement du soir ?", a permis de séparer les sujets en quatre groupes distincts, en fonction de leur "chronotype".

Source : PxHere

Source : PxHere

Les résultats ne donnent pas envie de se coucher tard. Les personnes déclarant être vraiment du soir ont quasiment deux fois plus de risques de développer des troubles psychologiques que ceux qui se déclarent être vraiment du ­matin. Les couche-tard ont par ailleurs plus de risques de développer du diabète (30 %), des troubles neurologiques (25 %), gastro-intestinaux (23 %) et respiratoires (22 %) que les couche-tôt. L’étude montre également une surmortalité précoce de 2 % associée au fait d’être un couche-tard, mais les oiseaux de nuit ont 10 % de risques...

"Nous pensons qu’une des raisons de cette surmortalité pourrait être liée à l’horloge biologique interne. Celle des noctambules est réglée de manière à ce qu’ils se couchent et se lèvent plus tard. Lorsqu’ils essayent de vivre comme des personnes matinales, le décalage entre leur horloge, leur comportement ou leur environnement peut entraîner des problèmes de santé sur le long terme", a affirmé à ce sujet Kristen Knutson.

Selon l'étude, la préférence de coucher dépend autant de l'environnement que de la génétique. Les scientifiques invitent donc les patrons à se montrer plus tolérants sur les horaires des employés, pour que ceux-ci puissent se coucher plus tôt. C'est vite oublier que près de 20% de la population travaille de nuit.

Les postes connexes
Jan 24, 2019
Près de 60 substances chimiques potentiellement dangereuses sont trouvées dans 23 marques de couches pour bébés
Histoires virales Mar 21, 2019
Le témoignage du père de Julen : "J'ai entendu dire que mon fils a été retrouvé quatre heures plus tard."
Feb 07, 2019
Son ex-mari a tué leurs deux enfants et 18 ans plus tard la justice a reconnu avoir fait une erreur
Mar 15, 2019
Les larmes gelées sur ses joues : la mort mystérieuse d'un nouveau-né est résolue 38 ans plus tard