Deux enfants en phase terminale âgés de 9 et 11 ans sont devenus les enfants les plus jeunes au monde à être euthanasiés

Deux enfants âgés de neuf et onze ans sont devenus les plus jeunes du monde à être euthanasiés.

AmoMama vous fait part de cette histoire rapportée par Mirror.

Ils auraient été en phase terminale et souffraient tellement qu'ils ont demandé aux médecins de mettre fin à leurs souffrances. Ils ont reçu des injections mortelles en Belgique, où l'euthanasie est légale quel que soit l'âge de la personne. Les identités des enfants n'ont pas été révélées.

Leurs décès sont apparus après la publication d’un nouveau rapport par le CFCEE; la commission qui réglemente l'euthanasie en Belgique. Un fonctionnaire a confirmé que le garçon de neuf ans souffrait d’une tumeur au cerveau et que le garçon de 11 ans souffrait de fibrose kystique, selon le Washington Post.

Les enfants auraient dû suivre une procédure pour faire connaître leur souhait par écrit. Ils seraient ensuite examinés par des pédopsychiatres pour s’assurer qu’ils sont suffisamment intelligents pour prendre la décision et ne sont "pas influencés par une tierce partie".

Cependant, les parents peuvent annuler les souhaits de leurs enfants. Les deux ont reçu l'injection fatale entre 2016 et 2017, ainsi qu'un adolescent de 17 ans atteint de dystrophie musculaire.

Sur les 4 337 personnes qui ont demandé une aide médicale à mourir en Belgique en 2016 et 2017, la plupart étaient cancéreuses. La Belgique a modifié sa loi sur l'euthanasie en 2014 pour que les médecins puissent légalement mettre fin à la vie d'un enfant, aussi jeune soit-il, suite à leur demande.

Luc Proot, membre du CFCEE, a défendu la décision d’autoriser les jeunes cas d’euthanasie en disant: "j’ai vu des souffrances mentales et physiques si écrasantes que je pensais que nous avions fait le bon choix".

Pour que l'euthanasie se poursuive en Belgique, les médecins doivent d'abord vérifier qu'un enfant se trouve "dans une situation médicale désespérée de souffrances constantes et insupportables qui ne peuvent être assouplies et qui entraîneront la mort à court terme".

Au Royaume-Uni, l'aide médicale à mourir est illégale - mais un sondage Mirror de juin a révélé que trois Britanniques sur quatre seraient favorables à une modification de la loi pour l'autoriser.

Ils veulent que les personnes en phase terminale qui ont six mois ou moins à vivre aient le droit de décider quand elles mourront.

Cependant, les critiques ont déclaré que l'assouplissement des lois sur l'aide médicale à mourir inciterait les personnes vulnérables à mettre fin à leurs jours.

Ces personnes pourraient finir par le faire par peur d'être un fardeau financier, émotionnel et de soins, affirment les critiques. 

Les postes connexes
People Mar 12, 2019
"Je m'en vais maintenant'' : La femme d'un pompier révèle ses derniers mots dans une clinique d'euthanasie
People Feb 23, 2019
Nathalie, 50 ans, mère de trois enfants : "Je déciderai de l'heure de ma mort"
Jan 22, 2019
La mère de Julen, le garçon espagnol pris au piège dans le puits, parle encore a son autre enfant décédé avant
Dec 13, 2018
Rencontrez l'enfant de 8 ans qui ressort victorieux d'un cancer en phase terminale contre toute attente