Cet homme a presque été condamné à 99 ans de prison, mais il a pu se sauver

Un homme innocent du Texas a été sauvé d'une peine de 99 ans d'emprisonnement après qu'un selfie lui ait donné un solide alibi.

Christopher Precopia, 21 ans, a été choqué et perplexe lorsque des policiers se sont rendus sur son lieu de travail pour l'arrêter pour cambriolage avec l'intention de commettre d'autres crimes. Si ces crimes étaient reconnus coupables, ils auraient pu entraîner une peine d'emprisonnement à perpétuité

Precopia travaillait dans une cour à bois à Georgetown lorsque des agents l'ont arrêté, ne lui fournissant que très peu d'informations sur les faits reprochés.

Lorsque Precopia a tenté de s’informer, on lui a simplement dit: «Ne fais pas comme si tu ne savais pas». Precopia est devenu encore plus confus lorsque des agents l'ont informé qu'ils avaient un mandat d'arrestation dans le comté de Bell, un lieu avec lequel il ne connaissait apparemment rien.

Emmené à la prison du comté de Williamstown, Precopia a passé une journée en prison et n'a été libéré que lorsque ses parents ont payé la caution de 150 000 dollars après avoir contracté un emprunt. Ils ont également dépensé des milliers de dollars pour fournir à Christopher un avocat.

"Je ne savais pas qui m'accusait de cela. Je ne savais pas pourquoi tout se passait. J'avais constamment peur de ce qui pourrait arriver le lendemain… J'allais me coucher en espérant ne pas me réveiller, juste pour m'éloigner de la situation."

Cependant, la nature des accusations a finalement été révélée. L’ancienne copine du lycée Precopia l’avait faussement accusée de s’être introduite chez elle par effraction.

L'ex-petite amie a affirmé que Precopia l'avait poussée au sol, avant de la frapper au visage et de trancher une forme en X juste au-dessus de sa poitrine à l'aide d'un cutter.

"Il a été très chanceux qu'elle ait choisi une date et une heure pour lesquelles il avait justement un alibi solide."

Dans un récit horrible donné à la police, elle a écrit:

"Je pouvais entendre la lame trancher ma peau."

L’identité de l’ex-petite amie n’est pas rendue publique car elle n’est pas actuellement accusée de crime.

Cependant, Precopia était loin du lieu présumé du crime à la date spécifiée par l'ex-petite amie - le 20 septembre 2017 - et il avait un selfie pour le prouver.

Precopia était en fait avec sa mère, Erin Precopia, dans un hôtel d’Austin, à 100 km de la jeune femme qui l'accusait.

Le soir même, il s'était pris en selfie avec sa famille et l'avait posté sur les médias sociaux. Le selfie avait été pris à 19h02 et l'accusatrice a déclaré que l'attaque avait eu lieu à 19h20.

Selon le Washington Post, l’avocat de la défense de Precopia, Rick Flores, a déclaré:

"Il a été très chanceux qu'elle ait choisi une date et une heure pour lesquelles il avait justement un alibi solide. Lui et moi avons parlé à plusieurs reprises de sa chance, que vous croyiez en une puissance supérieure ou en une bonne chance à l'ancienne."

L'ex-petite amie a plus tard avoué à la police de Temple qu'elle avait fabriqué l'histoire de toute pièce parce qu'elle avait eu une relation difficile avec Precopia plusieurs années auparavant.

UNE HISTOIRE TERRIBLE

Dans une autre affaire, AJ Hutto, 7 ans, a vu sa mère maintenir sa soeur Adrianna sous l'eau dans la piscine familiale jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus respirée et meure noyée. Suite à ce terrible incident, le jeune garçon a dû témoigner au tribunal de ce qu'il avait vu dans le cadre du jugement. L'enfant s'est assis à la barre des témoins et a fait un dessin, expliquant de manière déchirant ce qu'il essayait de montrer au jury.

"C'est ma mère. En train de tuer ma soeur," a-t-il dit à la partie civile.

Il a continué en expliquant que sa mère, Amanda Lewis âgée de 24 ans avait couvert le visage de la petite Adrianna pendant qu'elle la noyait. Le procureur a demandé au petit garçon pourquoi Lewis aurait pu faire une chose pareille et la réponse de l'enfant de 7 ans est déchirante: "Elle [Adrianna] avait fait des choses qu'elle ne devait pas faire alors ma maman s'est énervée, et alors elle l'a jetée dans la piscine."

Quand il a vu sa mère assise sur le banc des accusés et qu'il a réalisé qu'elle se trouvait au procès, il n'a pas pu s'empêcher de fondre en sanglots boulversants.

Les postes connexes
Jan 12, 2019
Seine-et-Marne: l'homme qui a tué son fils "par vengeance" est condamné à 25 ans de prison
Vie Mar 07, 2019
La douleur insupportable d'une mère qui s'est réveillée du coma et qui a découvert que son fils de 12 ans avait été tué
People Apr 05, 2019
Une ancienne policière étouffe des larmes alors qu'elle est condamnée à 20 ans de prison pour la mort de sa fille dans une voiture chaude
International Feb 19, 2019
Une fillette de 14 ans condamnée à 25 ans de prison pour avoir tué sa meilleure amie après une dispute lors d'une soirée pyjama