Scandal des implants d'Essure: une femme affirme avoir "le corps d'une femme de 80 ans"

Des milliers de femmes ont subi une intervention chirurgicale invasive pour retirer les implants contraceptifs Essure conçus pour être permanents, selon les recherches effectuées pour les dossiers des implants.

L’implant Essure, fabriqué par Bayer, a été mis sur le marché en tant qu’alternative non chirurgicale «plus douce» aux méthodes de stérilisation traditionnelles. Les femmes ont alors appris que la procédure pouvait être effectuée chez le médecin de famille en 15 minutes.

Cependant, des milliers de personnes ont eu besoin d'une intervention chirurgicale ou d'une hystérectomie pour retirer les dispositifs. Les implants, qui mesurent 4 cm de long et 1 mm de large, sont placés dans les trompes de Fallope. Le tissu cicatriciel qui se forme autour de l'œuf empêche l'œuf d'atteindre l'utérus, ce qui entraîne une contraception permanente. 

Source : Twitter / cbcfifth

Source : Twitter / cbcfifth

Après que 97% des 400 femmes qui ont essayé l’implant lors d’une vente avant la mise sur le marché soient considérées comme «assez» à «très satisfaites» lors des visites de suivi jusqu’à cinq ans après le processus, environ 1 million de femmes dans le monde ont reçu les implants depuis ont été approuvés en Europe en 2001 et aux États-Unis en 2002, rapporte The Guardian.

Cependant, des préoccupations concernant des complications ont amené les autorités nationales de réglementation de la santé à émettre des avertissements de sécurité sans cesse aux patients et, dans les coulisses, à écrire à Bayer au sujet du nombre de rapports d'incidents indésirables.

Stéphanie devient l’ombre d’elle-même, au point de « finir à ne plus savoir marcher, de plus savoir m’asseoir, l’impression d’avoir le corps d’une femme de 80 ans à l’aube de mes 40 ans », décrit-elle, triste

En Europe, la marque de conformité CE (Conformité Européenne) de l'appareil a été suspendue l'année dernière et Bayer a par la suite retiré une demande de renouvellement pour des raisons commerciales. Aux États-Unis, la société a annoncé qu'elle arrêterait volontairement ses ventes à la fin de 2018 en raison d'une baisse de la demande, tandis qu'en Australie, la Therapeutic Goods Administration, a annoncé l'année dernière que Bayer avait arrêté Essure en Australie "pour des raisons commerciales".

Selon un chirurgien hollandais ayant effectué près de 500 prélèvements Essure, l'implant se transforme en un «clou calcifié» à l'intérieur du corps. Il a même rapporté des cas de dispositifs ayant transpercé des tissus internes et migré dans l'abdomen.

Des symptômes très lourds à supporter

Selon plusieurs rapport de femmes qui ont reçu l'implant, les signes qui découlent de son disfonctionnement et des problèmes qu'il provoque plus tard sont des douleurs articulaires et musculaires insupportables, une fatigue ingérable qui exige de s’allonger plusieurs fois par jour, des allergies de plus en plus envahissantes, des problèmes digestifs énormes, des otites séreuses à répétition avec parfois perte d’audition totale, des tendinites, des problèmes de sinusite impossible à enrayer, des malaises plus importants, des problèmes de souffle et surtout des démangeaisons anales très désagréables. Et, une fois la cause de leurs souffrances identifiée, les options thérapeutiques offertes aux patientes sont lourdes et radicales.

Une patiente du nom de Valérie est même allée jusqu'à affirmer: « Essure est une bombe qui nous détruit chaque jour un peu plus. »

Pour Stéphanie, qui a été implantée en septembre 2015, les symptômes sont tout simplement trop lourds à supporter: « Au bout de quelques mois, la déchéance du corps a commencé. Douleurs musculaires, articulaires, crampes, perte de cheveux, fatigue extrême, troubles intestinaux », Stéphanie devient l’ombre d’elle-même, au point de « finir à ne plus savoir marcher, de plus savoir m’asseoir, l’impression d’avoir le corps d’une femme de 80 ans à l’aube de mes 40 ans », décrit-elle, triste.

Selon le site 20 Minutes, rien qu’en France, 175.000 femmes ont été implantées avec le dispositif Essure depuis 2005. Il a été retiré de la vente en Europe en septembre 2017. Aujourd’hui, Marielle Klein, de l’association Resist, se bat pour que chaque porteuse du dispositif soit identifiée et informée des risques liés à cet implant.

Un chirurgien français a déclaré au Guardian que son équipe avait effectué 120 prélèvements depuis 2016 et avait estimé qu'il pourrait y en avoir plus de 1 000 au niveau national. Les médecins finlandais ont signalé plus de 100 chirurgies de retrait.

Aujourd’hui interdit en France, cet implant de contraception définitive commercialisé par les laboratoires Bayer est à l’origine de nombreux incidents aux lourdes répercussions sur le quotidien des victimes.

ⓘ Les informations délivrées dans cet article ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis, diagnostic ou traitement médical professionnel. Tout le contenu, y compris le texte et les images contenues sur, ou disponibles à travers ce AMOMAMA.FR sont fournis à titre informatif. Le AMOMAMA.FR ne saurait être tenu responsable de l'usage qui pourrait être fait des informations à la suite de la lecture de cet article. Avant de commencer un traitement quelconque, veuillez consulter votre fournisseur de soins de santé.

Les postes connexes
Jan 14, 2019
Une femme reste dans le coma pendant 8 ans en raison d'une erreur des anesthésiologistes
Histoires virales Mar 22, 2019
Francine Padovani, 83 ans, disparue en Corse : un corps de femme a été retrouvé
Dec 12, 2018
Une femme dépense 76 000 $ pour obtenir «le corps féminin parfait»
Feb 08, 2019
Ce père a le cœur brisé après que l'hôpital n'ait pas sauvé sa fille de 4 ans de la grippe