logo
La source:

Une femme a presque perdu son enfant après avoir mangé un bagel aux graines de pavot, ce qui lui a valu un test de dépistage de drogue

author
04 déc. 2018
20:09
Partager
FacebookFacebookTwitterTwitterLinkedInLinkedInEmailEmail

Elizabeth Eden a échoué à son test de dépistage de drogue après avoir mangé un bagel aux graines de pavot.

Annonces

Une nouvelle mère du Maryland qui a échoué à un test de dépistage de drogue parce qu'elle a mangé un bagel aux graines de pavot le matin de son accouchement a eu des conséquences plus graves pour son choix de petit-déjeuner. Beatrice, la fille nouveau-née d'Elizabeth Eden, a été détenue à l'hôpital pendant 5 jours et Eden a été affectée à un travailleur social pour un examen à domicile à la suite de l'épreuve.

"Les faux positifs aux tests de dépistage de drogue dus à la consommation de graines de pavot sont un phénomène réel"

"C'était traumatisant, j'étais en train d'accoucher. J'étais assis dans le lit. J'avais des contractions. J'étais sous perfusion de Pitocin, et le médecin est entré et a dit: 'Vous avez eu un résultat positif au test des opiacés",

Annonces

a déclaré Eden. .

"J'ai dit:" Eh bien, pouvez-vous me tester à nouveau? Et j'ai mangé un bagel aux graines de pavot ce matin pour le petit-déjeuner ",

et elle a répondu:

" Non, vous avez été signalé à l'État. "

Source : YouTube/Inside Edition

Source : YouTube/Inside Edition

Annonces

Les faux positifs aux tests de dépistage de drogue dus à la consommation de graines de pavot sont un phénomène réel et pas seulement quelque chose qui nous a fait rire quand Elaine a obtenu un résultat positif à l'opium après avoir mangé un muffin aux graines de pavot dans un épisode de "Seinfeld".

Selon le Washington Post, deux mères américaines ont poursuivi leurs hôpitaux en justice pour avoir échoué à des tests de dépistage de drogues et emmené leurs nouveau-nés après avoir mangé des aliments contenant des graines de pavot.

En 1998, le gouvernement américain a dû réviser ses politiques en matière de dépistage des drogues sur le lieu de travail en raison de la probabilité qu’un bagel aux graines de pavot provoque un faux positif, a noté le Washington Post.

Annonces
Source : YouTube/Inside Edition

Source : YouTube/Inside Edition

Le seuil de morphine dans l'urine est passé de 300 nanogrammes par millilitre à 2 000, mais certains hôpitaux, y compris celui dans lequel Eden a accouché, utilisent toujours le seuil inférieur, explique le Washington Post.

Annonces

L’assistante d’Eden a rapidement compris que son explication était légitime et a fermé le dossier, a rapporté WBAL TV 11.

Et ce ne sont pas seulement les graines de pavot qui peuvent causer des faux positifs. En 2013, une mère montréalaise a été testée positive aux méthamphétamines et aux opiacés en raison du médicament de prescription contre le reflux acide qu'elle prenait, selon le Montreal Gazette.

Source : YouTube/Inside Edition

Source : YouTube/Inside Edition

Annonces

Le nouveau-né d'Isabel Villeneuve a été confié à une famille d'accueil et lui a été rendu une semaine plus tard, à la condition que son partenaire et elle vivent avec ses parents.L'exposition aux opioïdes cause de graves problèmes de santé chez les bébés

Alors que les faux positifs sont traumatisants pour les familles concernées, l'exposition aux opioïdes est un problème grave chez les bébés. Au Canada, environ 1 850 nouveau-nés sont nés exposés à des drogues addictives en 2016-2017, soit une augmentation de 27% par rapport à 2012-2013, selon l'Institut canadien d'information sur la santé.

Source : YouTube/Inside Edition

Source : YouTube/Inside Edition

Annonces

Et selon la Société canadienne de pédiatrie (SCP), 50 à 75% des nourrissons nés de femmes sous opioïdes auront besoin d'un traitement. Les symptômes comprennent des tremblements, des pleurs, un tonus musculaire serré et des convulsions, tandis que d'autres problèmes tels que l'irritabilité, les troubles du sommeil et les problèmes d'alimentation peuvent persister jusqu'à ce que le bébé ait six mois, a déclaré CPS.

Source : YouTube/Inside Edition

Source : YouTube/Inside Edition

Annonces

UNE AUTRE ERREUR MEDICALE

En 2017, Jenna Ostrowski, une avocate de 34 ans, souffrait de douleurs et de gonflements dans la bouche. Son médecin persistait à lui dire que ce n'était qu'une infection des gencives et qu'elle devait consulter son dentiste. Quelques jours plus tard, des ecchymoses sont apparues sur ses jambes. Jenna a cette fois ci contraint son médecin de lui faire passer des examens.

Et elle a bien fait. Elle souffrait en réalité d'une leucémie. Les médecins à l'hopital lui ont dit que si elle n'avait pas commencé la chimiothérapie d'ici quelques jours après cette révélation, elle n'aurait eu qu'une semaine à vivre. 18 mois plus tard, Jenna est en rémission.

Annonces
info
Veuillez nous indiquer votre adresse e-mail afin que nous puissions partager avec vous les meilleures de nos histoires !
En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité
Articles connexes

Une fille demande à ses parents d'adopter un enfant abandonné trouvé dans un bus et qui s’avère être le fils biologique de son père - Histoire du jour

23 février 2022

Un petit garçon de 5 ans porte le cercueil de sa petite sœur pour lui dire adieu pour toujours

17 mai 2022

La femme d'un homme riche accouche - Ses beaux-parents, qui doutent de la paternité de l'enfant, décident secrètement de lui faire passer un test ADN

17 mai 2022

Une jeune femme dit avoir découvert qu'elle était enceinte alors qu'elle était vierge

23 avril 2022