logo
La source:

Deux policiers ont commenté les manifestations des 'gilets jaunes': 'On n'est pas pris en considération'

Quentin Autier
21 déc. 2018
02:23
Partager
FacebookFacebookTwitterTwitterLinkedInLinkedInEmailEmail

Deux policiers ont pris la parole et ont révélé à quel point leurs conditions de travail étaient déplorables.

Annonces

C'est sur France 2 que les agents des forces de l'ordre ont témoigné et ont demandé à ce que les moyens mis à leur disposition soient augmentés. Ils espéraient que l'État réagisse et ont obtenu gain de cause.

Ce mardi 18 décembre, ils ont été deux à révéler à quel point les conditions de travail dans la brigade anticriminalité de Paris s'étaient dégradées. Cela fait plusieurs semaines qu'ils ont été appelés en renfort afin d'éviter les débordements du mouvement des "gilets jaunes" et ils sont tout simplement épuisés.

Annonces

"Sur 10 jours, [j'ai travaillé] entre 10 heures et 14 heures, voire 16 heures par jour, sans un seul jour de repos, sans pouvoir manger, sans pouvoir boire", explique l'un des deux policiers qui a souhaité témoigner à visage caché.

Annonces

Guillaume Lebeau, le second policier à s'exprimer, n'a pas mâché ses mots: "Cette situation m'inspire beaucoup de dégoût. Je me dis qu'au final, on n’est pas pris en considération."

Pour lui, l'état dans lequel se trouve leurs équipements est tout simplement inacceptable. Il montre par exemple leurs "casques qui datent d'au moins 15 ou 20 ans, recyclés de génération de policiers en génération de policiers".

Annonces

Ils se sentent alors obligés d'acheter eux-mêmes des protections dignes de ce nom afin de se sentir protégés durant les manifestations: "J'ai acheté du matériel de rugby et de football, pour pouvoir m'équiper," révèle le second policier.

Il évoque ensuite un autre problème concernant ses "presque plus de 950 heures supplémentaires" qu'il "ne pourra jamais poser car on n'a pas assez d'effectif" et qu'il ne pourra pas non plus "se faire payer".

Annonces

Ce mercredi 19 décembre, les policiers ont ainsi commencé à fermer les commissariats les uns après les autres afin de faire valoir leurs revendications.

Annonces

Et il semblerait qu'elles aient rapidement été entendues puisque le soir même, le ministère de l’Intérieur annonçait avoir trouvé un accord avec les policiers en augmentant leurs salaires de 100 à 150 euros par mois.

De plus, les forces de l'ordre qui ont été mobilisés pour encadrer le mouvement des gilets jaunes ces dernières semaines vont bénéficier d'une prime non négligeable de 300 euros.

Annonces
info
Veuillez nous indiquer votre adresse e-mail afin que nous puissions partager avec vous les meilleures de nos histoires !
En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité
Articles connexes

Un homme riche fait semblant d'être sourd et découvre que sa jeune épouse complote pour s'emparer de ses biens - Histoire du jour

18 mai 2022

Une femme prend une balle pour le fils d'un inconnu, son père assiste aux funérailles et y rencontre neuf enfants en pleurs - Histoire du jour

08 mai 2022

En larmes, Kaouther, chroniqueuse des "Grandes gueules", dit ne manger qu'une fois par jour avec son jeune fils

08 avril 2022

Une enseignante remarque que l'une de ses élèves est souvent en retard à l'école et que ses parents sont injoignables - Histoire du jour

13 mai 2022