Corinne Masiero a parlé de son passé difficile, où elle a connu la vie dans la rue

L'actrice joue dans "Invisible", un film sur les femmes SDF, qui parle aussi de son histoire.

Il y a trois ans, le réalisateur Louis Julie Petit, qui a déjà collaboré avec la comédienne Corinne Masiero, lui a dit qu'il voulait faire un film sur les femmes SDF : Les invisibles.

Celle qu'on connait maintenant pour son rôle dans Capitaine Marleau est marraine d'une association d'aide aux SDF : Miaa. C'est donc sans hésitation qu'elle a accepté de jouer dans ce film.

On retrouve donc la comédienne de 54 ans dans un rôle de directrice d'un centre d'accueil pour les femmes SDF, une histoire qui lui parle beaucoup, puisqu'elle l'a vécue.

Quand elle a eu 15 ans, Corinne Masiero est devenu accro à la drogue, et ce pendant une dizaine d'années. Ce qui l'a sauvée, c'est d'abord sa psychologue, mais surtout le théâtre.

A ce moment là, celle qui allait devenir comédienne vivait dans la rue.

"C’était épisodique. Je faisais des tapins à la sauvette quand j’avais besoin d’argent ou juste pour dormir chez quelqu’un. Sinon, je dormais dans un recoin de vitrine, un parc, un garage, un squat… ou dans un bureau que je nettoyais la journée."

Ce film, c'est aussi un moyen pour elle de parler de la désobéissance civile, un thème qu'elle affectionne particulièrement.

"À un moment donné, certaines lois deviennent obsolètes. Comme celle qui empêche un centre d’accueil de jour d’héberger des femmes SDF la nuit. La désobéissance civile, c’est un droit et un devoir de citoyen. Sans elle, les femmes devraient encore demander à leur mari l’autorisation de signer un chèque, on n’aurait pas l’IVG… Y a pas à tortiller : tous les acquis sociaux, on les a obtenus par la désobéissance et par la lutte. Si personne réclame, là-haut, ils donnent rien."

Cet esprit rebelle se retrouve aussi dans son soutient indéfectible aux gilets jaunes. "Comment peut-on respecter un système qui accorde des privilèges à des gens déjà ultra privilégiés ?"

TATIANA LAURENS DELARUE TEMOIGNE DE SON PASSE DE SDF

C'est ce jeudi 10 janvier que l'incident s'est produit. Les chroniqueurs de l'émission C'est que de la télé parlaient des McDonald's à Hong Kong qui ont ouvert leurs portes aux sans-abris. Devant les propos choquants de Damien Canivez et Caroline Ithurbide, Tatiana-Laurence Delarue s'est sentie obligée de réagir.

"Je me mets aussi à la place des clients de cette chaîne de restauration rapide. Ils vont payer une prestation et finalement, ils vont devoir être à côté de personnes littéralement affalées sur des tables, sur des banquettes," a-t-il déclaré avant d'ajouter qu'il vaudrait mieu que McDonald's "expulse ces personnes qui dorment dans leurs restaurants".

Ce à quoi Tatiana a répondu : "J'ai été sans domicile fixe au début de ma vie d'adulte et c'est choquant. Aujourd’hui, je suis avec vous sur le plateau de C’est que de la télé. Quand j'étais dehors, jamais de la vie j'aurais pensé être sur un plateau avec vous et atteindre ce niveau-là. Sans les personnes qui vous tendent la main, vous restez dehors. Et tu sais ce que c’est, dehors ? Le froid, la pluie, la faim ? Je ne te le souhaite pas, mon chéri. Je t’adore, mais là franchement, je suis outrée."