Montpellier: un inspecteur principal des impôts a été incarcéré pour fraude fiscale

À l’âge de 48 ans,  un inspecteur principal  des impôts a été suspecté d’avoir escroqué une épicerie sans jamais rien déclaré de ses recettes. Cependant, le fonctionnaire a contredit tous soupçons lui impliquant.

Mercredi 6 février, la division économique et financière du SRPJ (Service régional de police judiciaire) de Montpellier a  convoqué trois personnes.

L’une de ces dernières était un inspecteur principal des impôts âgé de 48 ans. En effet, ce fonctionnaire est soupçonné de "fraude fiscale", "blanchiment de fraude fiscale" et "contrebande de cigarettes".

Il a été par la suite mis en examen après l’ouverture d’une information sommaire par le parquet.

PRÈS DE 170 000 EUROS SAISIS

Après quelques investigations, les enquêteurs ont déduit que cet inspecteur, usant de son autorité, a détourné ouvertement, sans répit, le fond d’une épicerie qui se trouvait à Salengro, dans le quartier de Figuerolles, à Montpellier. Notons que ce fonctionnaire n’a pas déclaré les recettes de son commerce. Depuis un an, il tirait profit d’un fond de son commerce.

En conséquence, le juge chargé d’enquête a envisagé les faits comme étant suffisamment graves et a demandé à ce qu'il soit emprisonné. La décision de sa détention a trainé mais toutefois, il a été mis en détention provisoire.

Photo : Unsplash

Photo : Unsplash

Pour  tirer au clair la situation, le juge a délivré un mandat de perquisition. Pendant les perquisitions, les enquêteurs ont aperçu et réquisitionné près de 170 000 euros chez une personne qui se passait pour la nourrice du fonctionnaire.

Elle a été interpellée et soupçonnée d’être complice car elle a gardé l’argent sale du spécialiste des finances publiques. Sa femme aussi a été mise en examen et placée sous contrôle judiciaire suite à leur complicité. Enfin, l’inspecteur a été accusé de vente de cigarettes de contrebande.

CONTESTATION

Me Jean-Marc Darrigade, l’avocat de l’inspecteur, a contesté l'incarcération de son client.

"Cet homme est très fatigué après une longue garde à vue épuisante et sa position est la suivante : il conteste les faits qu’on lui reproche et il n’admet tout au plus que de petites erreurs",

indique le pénaliste dans le “Midi Libre”.

Photo : Unsplash

Photo : Unsplash

L'inspecteur niait toute fraude l’inculpant alors que selon les informations, il a toutefois avoué que les 170 000 euros advient de l’épicerie.

"Il explique que son exercice fiscal allait se terminer au mois de mars et qu’il allait déclarer l’argent. Il a tous les bons de caisse pour le justifier",

poursuit Me Darrigade qui compte bien demander la libération de son client mercredi, devant le juge de la liberté et de la détention (JLD).

UN DÉBAT DIFFÉRÉ

Vendredi soir s’est déroulé le débat sur la question de la détention provisoire de l’inspecteur principal des impôts devant le juge des libertés et de la détention du tribunal de grande instance (TGI) de Montpellier. Son avocat a demandé que l’audience se tiendra ce mercredi 13 février prochain.

Photo : Unsplash

Photo : Unsplash

Me Darrigade va plaidoyer la remise en liberté de son client alors que le procureur chargé d’enquête et le juge ont demandé l’emprisonnement du suspect.

Comme dans cette situation, Igor et Grichka ont été détenu à cause d'une escroquerie. Ils auraient apparemment volés près de 800 000 euros à un producteur de cinéma.

Tout comme l'inspecteur, ils ont cependant nié avoir quoi que ce soit à se reprocher.

Les postes connexes
Feb 09, 2019
L'incendie meurtrier à Paris : la suspecte mise en garde à vue, a subit des examens psychiatriques
Les 12 coups de midi Mar 29, 2019
Affaire Christian Quesada : comment il a réagi face à cette accusation scandaleuse
People Mar 21, 2019
Ces images montrent comment la mère espagnole qui a tué ses deux bébés a été retrouvée cachée dans une poubelle
Les 12 coups de midi Mar 28, 2019
Les détails de l'arrestation de Christian Quesada : comment il a été arrêté