Francis Lalanne : cet engagement dont il est privé à cause de son soutien pour les gilets jaunes

En fin d'année 2018, Francis Lalanne avait annoncé qu'il comptait intégrer dès janvier 2019 la réserve de la gendarmerie nationale comme chef d'escadron.

Mais il semblerait que les plans du chanteur soient contrariés. Son dossier a en effet été recalé par la gendarmerie nationale. Alors qu'il souhaitait faire ce geste comme acte patriotique, ses déclarations sur le gouvernement lui ont vraisemblablement mis des bâtons dans les roues.

"Quand j'avais 20 ans, j'étais objecteur de conscience, donc j'ai refusé de faire mon service militaire. Avec le temps et le recul que te donne l'âge, je me suis rendu compte que je n'avais pas donné à mon pays quelque chose (…) c'est comme si je lui devais quelque chose."

La radio RTL a déclaré que ce sont bien les prises de paroles publiques qui ont poussé la gendarmerie à refuser son dossier. Francis Lalanne avait à plusieurs reprises critiqué le gouvernement, et s'affichait en public vêtu d'un gilet jaune.

Selon la gendarmerie, son comportement n'est donc pas compatible avec le droit de réserve qui touche tous les réservistes. Récemment encore, le chanteur avait déclaré qu'il souhaitait

"faire tomber Macron, le dernier roitelet de la monarchie constitutionnelle de 1958".

Lors d'une manifestation des gilets jaunes où était présent Francis Lalanne le 2 février dernier, celui-ci avait accordé une interview à RT France dans laquelle il avait de nouveau critiqué Emmanuel Macron et Christophe Castaner, ministre de l'intérieur.

Selon lui, ce sont eux les responsables de la violence à l'encontre "des gens innocents".

"Ce sont eux qui créent la violence. Ils sont à l'origine de tous ces crimes contre l'humanité"

Des actes de violence rapportés en masse sur internet, mais qui ont tendance à être étouffés par les médias.

SA CRITIQUE DU PRÉSIDENT

Pour en apprendre plus sur la vive critique du président Macron par Francis Lalanne, et les différents actes de violence qui ont pu avoir lieu, cliquez ICI.