Violences entre Israël et Gaza : quatre personnes tuées, dont un bébé

Ce samedi 04 et ce dimanche 05 mai, depuis Gaza, au moins 400 roquettes ont été tirées contre Israël, qui a réagi en lançant des frappes aériennes. Le ministre palestinien de la Santé a déclaré que l'armée israélienne nie avoir tué une fille et sa mère enceinte.

Des roquettes tirées depuis Gaza ont frappé Israël dimanche 5 mai, le lendemain du début d'une flambée de violence qui a coûté la vie à trois Israéliens et plus de quatre Palestiniens, dont une fillette de 14 mois et sa mère enceinte, faisant craindre un nouveau conflit.

C'est l'un des plus grands nombres de roquettes tirées sur Israël en une seule journée ces dernières années dans le cadre de la lutte entre les groupes armés palestiniens, notamment le Hamas au pouvoir à Gaza, et l'État hébreux.

Une voix de la porte-parole de l'armée israélienne a rapporté que deux personnes ont perdu la vie dimanche à Ashkelon, en Israël, lors des tirs de roquettes palestiniennes de la bande de Gaza sur le pays hébreu depuis samedi.

Par contre, selon quelques sources, le bilan est beaucoup plus important : depuis le début de cette nouvelle flambée de violences entamée ce samedi, trois Israéliens sont morts par les missiles en provenance de l’enclave palestinienne et au moins huit Palestiniens ont été tués, dont une fillette de 14 mois et sa mère enceinte, touchées par une frappe contre leur maison à Gaza.

Une information que l'armée israélienne a contesté et pourtant elle n'a pas donné plus de détails.

Le Djihad islamique, allié du Hamas à Gaza, a déclaré qu'il tirait une partie des roquettes et s'est déclaré prêt à continuer.

La branche armée du groupe a également menacé d'attaquer plusieurs sites stratégiques israéliens, dont l'aéroport international Ben Gourion près de Tel-Aviv, par le biais d'une vidéos diffusée sur les réseaux sociaux.

Les forces aériennes israéliennes, de leurs côtés, ont pris pour cible 120 positions du Hamas et du Djihad islamique. L'armée affirme également avoir détruit un bâtiment à Gaza qui, selon elle, est destiné aux services de renseignements militaires et de sécurités généraux du Hamas.

LE TÉMOIGNAGE D'UN PETIT SYRIEN

Avec la guerre en Syrie, des millions de Syriens se sont retrouvés obligés de quitter leur pays pour fuir.

Ainsi, le premier accueil de réfugiés syriens a eu lieu en France dans la ville du Havre. Ce petit Syrien parle de sa vie en temps de guerre dans son pays.

Les postes connexes
Actu France Mar 31, 2019
Cherbourg : Trois morts, dont deux enfants, retrouvés dans un appartement incendié
Jan 24, 2019
Brigitte Macron choisit une robe fuchsia très serrée pour rencontrer la première dame d'Israël à l'Élysée
International Apr 14, 2019
Libye : 121 morts et près de 600 blessés dans les combats entre la GNA et l’ANL
Actu France Mar 21, 2019
"En Syrie, je ne pouvais pas. C'était trop dangereux" : raconte un garçon de 11 ans à propos de sa vie pendant la guerre