Notre-Dame-de-Monts : Les résidents subissent une maltraitance institutionnelle

Rien ne va plus pour l'Ehpad municipal des Oyats, en Vendée. Entre épuisement professionnel, arrêt maladie à répétition et démission en série, l'établissement semble être au bout du rouleau.

Selon Marcellin Meunier, le médecin coordinateur actuel, les résidents de l'établissement situé à Notre-Dame-de-Monts subissent une "maltraitance institutionnelle". Il avoue être pris au dépourvu quant au déroulement des évènements. La situation est critique.

Apparemment, la situation est tellement dramatique à tel point que le fonctionnement normal de l'établissement s'en trouve perturbé.

Les conditions de travail du personnel sont inhumains. Et malheureusement, cela a un impact aussi bien pour ces derniers que pour les résidents.

Au devant de telles circonstances, le Dr Marcellin Meunier a lancé une alerte auprès de l'ARS. Il a déclaré ne pas vouloir être complice d'une telle "maltraitance désormais institutionnalisée".

Une discussion a eu lieu entre le député de la Vendée et le personnel de l'Ehpad. Malheureusement, aucune solution n'a été trouvée.

Mais personne ne veut lâcher l'affaire. Apparement, un conseil municipal exceptionnel se tiendra mardi 14 mai pour trouver des réponses à cette "maltraitance indigne".

"Cette maltraitance, du personnel comme des résidents atteint un niveau qui doit être dénoncé, pris en compte et corrigé, à l'heure où l'on évoque au niveau national de nouvelles ressources financières à mettre en place",

a-t-il écrit dans son message adressé au président de la République française sur Facebook.

"JAMAIS, JE N'AI CONNU PAREILLE SITUATION" TITRE 3

Malgré cet appel désespéré lancé par le Dr Meunier, aucune réponse, semble-t-il, n'a encore été donnée par un des services de la Présidence.

Et pourtant, il insiste sur le fait que l'heure n'est pas à la plaisanterie, et que le règlement de cette situation dans laquelle lui, le personnel de l'établissement ainsi que les résidents se trouve est très urgente.

En effet, tout le monde en victime. La fatigue cumulée par le personnel à cause du manque d'effectif a un impact quant à la qualité de leur travail.

Lydie Le Sann, l'une des résidentes de l'Ehpad des Oyats, a eu la clavicule fêlée lors d'une manipulation.

"Normalement elles sont deux",

explique-t-elle,

"La fille avait mal accroché au lève-malade pour m'allonger, ça s'est décroché. Je suis tombée sur l'épaule"

Le docteur coordinateur se bat actuellement aux côtés de ses collègues et des résidents de l'établissement dans lequel il exerce, mais, menace de démissionner si la situation ne s'arrange pas.

"La maison de retraite, c'est un budget de 3 millions d'euros. Si on parle argent, ça, ça les intéresse mais surtout pour vérifier qu'on ne grappille pas des sous pour mieux soigner des gens".

Le personnel de l'Ehpad des Oyats semble être à bout. En attendant, si aucune solution n'est trouvée d'ici peu, la situation risque d'empirer, plongeant ainsi les résidents et le personnel de l'établissement dans une situation encore plus désastreuse.

Malheureusement, ce n'est pas la première fois qu'un tel scandale a lieu dans ce genre d'établissement.

Dans cet autre article, vous verrez des images qui montrent l'envers du décors dans certains établissements d'hébergement pour personnes âgées.