La reprise des traitements de Vincent Lambert a été vérifiée

La cour d'appel de Paris a ordonné la reprise de traitements de Vincent Lambert le lundi 20 mai 2019. Le mardi, les avocats ainsi que les parents du patient se sont rendus au centre hospitalier pour vérifier la mise oeuvre de la décision de justice.

N'acceptant pas la décision des médecins de Vincent pour l'arrêt des soins, ses parents bouleversés ont saisi la cour d'appel de Paris.

Lundi 20 mai 2019, dans la soirée, une décision de justice, donnant raison aux parents, a été rendue.

Pendant le procès, le Comité international des droits des personnes handicapées (CDPH), a également appuyé la demande des parents, en détaillant le dossier sur le fond.

Le tribunal a ordonné la reprise des traitements de Vincent qui étaient interrompus depuis la matinée.

Comme l'avait exprimé la mère du patient, c'était une grande victoire. Cette décision de justice ordonne aussi à l'État français de respecter "les mesures provisoires demandées par le CDPH" pour maintenir l'alimentation et l'hydratation de Vincent Lambert.

Par ailleurs, la décision de la cour d'appel reste provisoire d'une durée de six mois, laissant le temps au comité de l'ONU d'étudier le cas.

Dans la matinée du mardi 21 mai, les parents de l'homme en état végétatif depuis dix ans se sont rendus au centre hospitalier de Reims pour vérifier la reprise des traitements.

Ils étaient accompagnés de leurs avocats Me Jérôme Triomphe et Me Jean Paillot.

"On était en train d’éliminer Vincent ! C’est une très grande victoire ! Ils vont le réalimenter et lui redonner à boire. Pour une fois, je suis fière de la justice",

a dit la mère de Vincent Lambert au micro de BFMTV.

"Nous avons longtemps attendu cette décision, elle est arrivée",

a déclaré, maître Jean Paillot.

Du moins, l'affaire Vincent Lambert sépare les membres de sa famille en deux clans. En ce qui concerne François, le cousin du patient tétraplégique, il n'est pas du tout pour cette reprise de soins.

"Pour une fois, j’y croyais… C’est vraiment du sadisme pur de la part du système médico-judiciaire. On nous refait le coup tout le temps. Il y a une jouissance de la part de ceux qui font tous ces recours",

a déclaré François Lambert avec déception.

Tout comme la femme de Vincent, tutrice légale du patient, le mieux pour l'homme de 42 ans serait de partir en paix.

POINT DE VUE DE LA FEMME DE VINCENT

En 2012, Vincent Lambert présente des signes de rejets des soins.

Sa femme, Rachel Lambert explique qu'elle a su que son mari voulait qu'on le "laisse partir". Elle a donc depuis mis ses efforts dans cette voie contre sa belle-famille.