Un chant spécial pour soutenir le coq Maurice à son procès

Vous souvenez-vous de l’histoire de Maurice, ce coq qui a été assigné devant la justice parce qu’il chantait très fort très tôt le matin ? Et bien un homme a dédié une chanson pour le soutenir face à son procès.

Le coq Maurice est devenu célèbre après une fameuse histoire insolite. L’heureux coq de Saint-Pierre d’Oléron chantait son cocorico très tôt le matin, empêchant des vacanciers de la ville à faire leur grasse matinée.

Les citadins se sentant victimes de ses chants matinaux ont porté l’affaire devant le tribunal. Pauvre Maurice !

Pour soutenir le chanteur matinal, un homme appelé Henri Franceschi a décidé d’écrire une chanson juste pour lui.

Dans la parole, il interpelle les citadins qui trouvaient que le chant de l’animal de basse-cour étaient un vacarme assourdissant.

“Pour s'effrayer d'un coq chantant/Pas besoin d'être biblique/Car pour certains jamais plaisantant/Cela n'aurait rien de comique/A même Pierre faut-il le croire/Eut des pâleurs devant les autres”,

commence-t-il.

Le jeudi 6 juin 2019, la propriétaire de Maurice va le représenter devant le tribunal d’instance de Rochefort (Charente-Maritime). Le sort du coq chanteur va donc dépendre de cette affaire de conflit de voisinage.

“Citadins des riches villes/Il serait sain que vous sachiez/Que les coqs sont bien utiles/A nos braves qui vont travailler”,

chante l’homme dans la vidéo mise en ligne sur Youtube.

“Citadins de l'intolérance/Le coq chantant était bien là/Et malgré toute votre arrogance/Il chantera bien au-delà.

Rassurez-vous vous pourrez toujours/Lui faire la nique dans votre assiette/Pour ressembler à ces balourds/Et sûrement pas à ces ascètes”

termine la chanson intitulée “Le coq chantant”.

En marge de cette affaire, Bruno Dionis du Séjour, maire de Gajac, a profité du procès du Cod Maurice en lançant un “cocorico d’alerte”.

Son objectif est de classer des bruits de la campagne en patrimoine national. Le maire trouve injuste le fait de traîner des ruraux en justice à cause du braiement naturel de leurs animaux.

"Dès que vous attaquez les cloches, vous attaquez tout un village […] C’est une humiliation pour le campagnard de passer en justice à cause de quelqu’un qui vient de l’extérieur.

Moi quand je vais en ville, je ne demande pas qu’on enlève les feux rouges et les voitures… J’ai été éleveur pendant 40 ans et je supporte mal qu’il y ait des procès contre les agriculteurs, qui entretiennent l’espace paysager français. Je ne vois pas l’intérêt de leur reprocher que leurs vaches meuglent trop",

a-t-il écrit dans une lettre ouverte.

En effet, l’histoire de Maurice le coq n’est pas une première. Plusieurs ruraux ont été victimes de ce genre de plaintes pour leurs animaux ou pour leurs biens comme une cloche ou le bruit d’un tracteur.

QUELLE HISTOIRE !

Comme la plupart des coqs, Maurice possède une très belle voix et il en est bien conscient parce qu'il ne manque pas de pousser très souvent son fameux Cocorico.

Les propriétaires de la maison de vacances à proximité directe de l'enclos ont évoqué la notion de "nuisances sonores" à l’encontre de l’animal de basse-cour.

Les postes connexes
People May 26, 2019
La future mariée montre la bague de fiançailles "très spéciale" faite par son petit ami