Vincent Lambert est mort à l’âge de 42 ans

L’instant fatidique est arrivé pour les membres de la famille de Vincent Lambert. La nouvelle sur son décès vient d’être annoncée. 

Vincent Lambert a rendu son dernier souffle sur son lit d’hôpital au CHU Sébastopol de Reims dans la matinée du jeudi 11 juillet 2019, plus précisément à 8 h 24. Neuf jours après l’arrêt de traitements qui le maintenaient en vie. 

Que s’est-il passé au cours de ses onze dernières années

INCIDENT DU SEPTEMBRE 2008 

Alors que Rachel Lambert, épouse de Vincent Lambert, venait d’accoucher de leur petite fille, le couple a décidé de s’installer au Sud-Est de Reims, dans le village de Vadenay.

Quelque temps après, le père de famille a été victime d’un accident de voiture, alors qu’il était âgé de 31 ans. L’incident s’est déroulé près de Châlons-en-Champagne, dans le Marne. 

Pendant les trois premières années de son hospitalisation, Vincent Lambert s’est trouvé dans un état de conscience jugée “minimale”.

Son cas a été étudié par les plus grands spécialistes belges du Coma Science Group, en juin 2011. Selon eux, l’état de Vincent est sans espoir tout en affirmant qu’une conscience minimale est toujours constatée. 

PREMIER PROTOCOLE D’ARRÊT DE TRAITEMENTS 

Vincent Lambert est resté plus de quatre ans dans un état végétatif. Ainsi, le docteur Eric Kariger, a constaté qu’il fallait procéder à l’arrêt de traitements du patient, en 2013. La décision a été examiné par plusieurs experts européens qui ont eu même constaté qu’il n’y a plus d'amélioration possible.

"On avait mis tous les moyens pour consolider cette décision. C'est le seul patient de l'unité pour cérébrolésé qu'on a envoyé au centre européen chez le professeur Lorenz", 

révèle le Dr Kariger en 2018, auprès de France 3. 

L’alimentation du patient en état végétatif a été interrompue pendant un mois, jusqu’à une décision du tribunal administratif, saisi par les parents de Vincent, ordonnant la reprise de traitements. En 2014, le Dr Kariger a décidé par lui-même de ne plus s’occuper du cas de Vincent Lambert. 

“À un moment, il faut se protéger et savoir se retirer. Je suis allé jusqu'à défendre l'honneur d'une équipe. Mais le jour où le Conseil d'Etat est venu confirmer que la décision était conforme, on avait atteint l'objectif”, 

témoigne l’ancien médecin de Vincent. 

En effet, le Conseil d’état a cependant confirmé que la décision d’arrêt de traitements est conforme, mais les parents de Vincent Lambert ont mené l’affaire un peu plus loin. 

“Ce qui m'interpelle, c'est qu'à un moment donné, on puisse attaquer sans fin une décision de justice. On est sur une décision qui est hors norme”, 

s’étonne Kariger en 2018. 

UNE AUTRE DÉCISION POUR L’ARRÊT DE TRAITEMENTS 

En juin 2015, la CEDH ou la Cour européenne des droits de l'homme a été saisie par les parents du patient des fervents opposants de l’arrêt de traitements.

La Cour a encore confirmé la conformité de la décision de fin de vie de Vincent et que dans le cas du patient le droit à la vie n’est pas violé. 

Le centre hospitalier de Reims a alors saisi le parquet pour que Vincent Lambert ait un tuteur légal. Une année après, la femme du patient a été choisie par le juges de tutelles comme sa tutrice légale. Rachel Lambert est pour l’arrêt de traitements de son mari depuis 2014.

“Vincent, parce que je l’aime, je veux le laisser partir (...) Il me demande de faire ce qu’il faut pour qu’il parte si quelque chose lui arrive”, 

déclare son épouse en 2014. 

DES REBONDISSEMENTS DE 2017 À 2019

En 2017, le docteur Sanchez a pris le relais du dossier, et constate que poursuivre les traitements est une obstination déraisonnable. Ainsi, le CHU de Reims s’est prononcé en faveur d’un nouvel arrêt de traitements le 9 avril 2018. 

Le 20 mai 2019, un nouvel arrêt de l'alimentation et l'hydratation a commencé. Mais dans la même journée, la cour d’appel de Paris a ordonné la reprise de traitements de Vincent Lambert.  

EN JUIN 2019

Un mois après la reprise de traitements ordonnée par la cour d’appel de Paris, la Cour de cassation a rendu une autre décision. L’arrêt définitif de traitements a été prononcé, et il n’y a plus de recours possible pour les parents de Vincent Lambert. 

“Cette fois, c’est terminé. La mort de Vincent est désormais inéluctable. Si nous ne l’acceptons pas, nous ne pouvons que nous résigner dans la douleur, l’incompréhension et l’Espérance”, 

ont déclaré les parents du patient. 

Le processus de l’arrêt des traitements de Vincent Lambert a été lancé le mardi 2 juillet 2019. Neuf jours après l’arrêt de son hydratation et son alimentation artificielles, le coeur du patient de 42 ans a lâché.

L’affaire Vincent Lambert touche à sa fin après plus de dix ans de confrontations judiciaires entre les deux camps de sa famille.

Le lundi 8 juillet 2019, les membres de la famille de Vincent Lambert, lui ont rendu visite à tour de rôle, dans sa chambre au soin palliatif de l'hôpital Sébastopol de Reims. Tous ont espéré que ce serait la dernière fois. Ils confient l’état du patient. 

Les postes connexes
Twitter/FChretienne
Santé May 22, 2019
Vincent Lambert : pourquoi son traitement n'est renouvelé que pour six mois
twitter.com/UnionArdennais
People Jul 02, 2019
Des membres de la famille de Vincent Lambert trouvent “assez sain” l’arrêt de traitement
Facebook/Europe1
Actu France Jul 08, 2019
Affaire Vincent Lambert : Le temps semble ne plus être à l'espoir
twitter.com/UnionArdennais
Actu France Jul 02, 2019
Qui est le médecin de Vincent Lambert, Vincent Sanchez