Anne Bert, euthanasiée après une maladie incurable : l'histoire de l'écrivaine qui est morte de son plein gré

Anna Bert a mené une lutte acharnée pour permettre à tous ceux qui sont atteints de maladie incurable et qui ne peuvent plus vivre pleinement leur vie à cause de cela de partir en paix.

Atteinte de la maladie de Charcot, l’écrivaine a elle-même choisi d’être euthanasiée. Découvrez son histoire.

UN CHOIX FORT

Anne Bert souffrait d’une maladie dégénérative incurable qui l’a condamné petit à petit, à vivre emmurée. Jusqu’à la toute fin, l’écrivaine a défendu la liberté de choisir sa fin de vie. En effet, si les choses ont pu évoluer, c’est en grande partie grâce à elle. Il est difficile d’oublier ce qu’elle a fait lors de l’élection présidentielle. À l’époque, elle a lancé un appel aux différents candidats en faveur d’un texte sur l’euthanasie.

Son choix de “mourir en paix”, la romancière l’a également raconté et expliqué dans une œuvre qu’elle a écrite et qui s'intitule “Le Tout Dernier Été”. Un livre dans lequel elle décrit de manière très intime l’évolution de sa maladie et la façon dont elle a appréhendé son dernier souffle.

Portant la cause qu’elle défend à cœur, Anne Bert avait déclaré lors d’une interview vouloir partir dans la dignité. Chose qui expliquerait son geste et sa vision. 

“Au-delà de ma propre liberté, de cet acte individuel, j'ai envie que cette liberté soit reconnue à d'autres. Pour que l'on ne soit pas obligé de fuir son pays pour pouvoir mourir comme on le souhaite”,

a-t-elle confié.

À noter que dans son livre, la romancière avait également fait part de la manière dont elle a vécu la maladie. Un véritable calvaire selon ses dires. Prisonnière dans un corps de plus en plus momifié, elle se sentait particulièrement mal.

D’où son choix d’être euthanasiée. Pour la petite histoire, durant ses derniers jours, l’écrivaine a été accompagnée par des médecins qui lui étaient familiers dans un service de soins palliatifs. Là-bas, des psychologues ainsi que d’autres médecins dialoguaient avec elle tous les jours.

Jusqu’au dernier moment, elle pouvait renoncer, mais ne l’a malheureusement pas fait. Sa famille était présente lorsque Anna Bert a rendu son dernier souffle. Ces derniers ont compris que c’était la meilleure chose à faire et que l’écrivaine le prendrait comme un acte d’amour.

Une question se pose alors ? Le combat de la romancière n’aurait-il eu que des conséquences positives ? Christine Tabuenca, directrice générale de l’Arsla n’en est pas convaincue. Selon cette dernière, cela pourrait aussi renvoyer une image négative aux patients atteints de la maladie de Charcot. Ils pourraient vite se décourager alors qu’ils devraient au contraire garder espoir et profiter du présent et de la vie.

ZOOM SUR ANNE BERT

Anne Bert a vu le jour le 4 mars 1958. Elle a très tôt pris goût pour les livres et l’écriture et c’est donc tout naturellement qu’elle est devenue écrivaine. Depuis la publication de son ouvrage intitulé “L'Eau à la bouche” en 2009, elle ne s’est plus consacrée qu’à la littérature, aux conférences, et aux émissions-radio.

En juin 2015, elle a pris les rênes de la collection littéraire “L'Intime” de Numériklivres. Quelques mois plus tard, on la diagnostique la maladie de Charcot. Depuis, l’écrivaine s’est donnée corps et âme dans le débat concernant la fin de vie. Elle a rendu son dernier souffle le 2 octobre 2017 en Belgique.

BERNARD TAPIE SE CONFIE SUR SON ÉTAT DE SANTÉ

Bernard Tapie se bat depuis quelque temps contre la maladie. C’est la raison pour laquelle il s’était absenté des plateaux de tournage durant un long moment. Heureusement, l’homme politique se remet petit à petit. Son retour a d’ailleurs été marqué par un passage à l’émission "20h30 le dimanche" le 31 janvier 2021. Durant son interview, il s’est exprimé sur sa famille et son état de santé. Découvrez tous les détails.

Les postes connexes
La voix de Bernard Tapie est méconnaissable : "Une petite complication" - explique-t-il
tf1.fr/sept-a-huit
TV Jan 03, 2021
La voix de Bernard Tapie est méconnaissable : "Une petite complication" - explique-t-il
"Je devais mourir à 7 ans" : Sabrina Perquis a subi une transplantation pulmonaire
instagram.com/sabrinaperquis
Santé Nov 10, 2020
"Je devais mourir à 7 ans" : Sabrina Perquis a subi une transplantation pulmonaire
La lutte des personnes qui ont surmonté, ou luttent contre le cancer
Shutterstock
Santé Oct 30, 2020
La lutte des personnes qui ont surmonté, ou luttent contre le cancer
Frank Alamo : la vie de Claudy après sa disparition, leur mariage secret et 28 ans d'amour
GettyImages
Célébrités Oct 14, 2020
Frank Alamo : la vie de Claudy après sa disparition, leur mariage secret et 28 ans d'amour