logo
Shutterstock
La source: Shutterstock

Fait et regretté : découvrez les tatouages les plus enlevés

Jacques Ronny
04 mars 2021
10:20
Partager
FacebookFacebookTwitterTwitterLinkedInLinkedInEmailEmail

Pour les personnes tatouées, leurs tatouages ont une signification plus ou moins importante. Il peut s'agir d'une date, d'un symbole ou d'une citation très spéciale qu'ils veulent faire graver sur leur corps. Cela peut aussi être le nom d'une personne qu'ils aiment ou avaient aimée.

Annonces

Se faire tatouer est une décision qui ne doit pas être prise à la légère, car même s’il est bien réfléchi, on peut s'en lasser et décider de l'enlever. Découvrez quels sont les motifs que les tatoués suppriment le plus souvent.

LE PRÉNOM DE SON EX

Si pour la plupart des gens, le tatouage est un art, pour certains, c'est une belle preuve d'amour. Graver le prénom de la personne que vous aimez sur votre corps est une preuve que celle-ci compte énormément pour vous et qu'elle est ancrée en vous.

Une femme tatouée à la main. | Photo : Getty Images

Annonces

Mais avant de le faire, vous devez être sûr et certain que votre partenaire ne vous quittera jamais ! C'est une décision qui ne doit pas être prise sur un simple coup de tête. Même ceux et celles qui l'ont prise après mûre réflexion le regrettent une fois séparés de leur être aimé.

Une fois relégué au statut de "ex", le prénom devient un mauvais souvenir. C’est d’ailleurs pour cette raison que ce genre de motif fait partie du top 10 des tatoos les plus enlevés.

Un bras tatoué. | Photo : Getty Images

Annonces

LES SIGNES DU ZODIAQUE

De nombreuses personnes aiment également se faire tatouer leur signe du Zodiaque. Il n'y a rien de mal à le faire graver sur le corps, mais parfois, avec le temps, ceux qui l'ont fait le regrettent et décident ensuite de l'enlever.

Annonces

L’ÉTOILE OU LE COEUR

Il y a un certain temps, et sans doute même jusqu'à présent, le tatouage étoile ou le petit cœur placé dans le cou, sur les hanches, à l'intérieur d'un poignet ou même sur les pieds étaient très à la mode. Donc, comme c'était la tendance, les amateurs de nouveautés ont décidé de se le faire tatouer.

Mais les années passent et les tendances changent. Ainsi, la plupart en ont assez et le regrettent. Ils l'ont alors retiré à l'aide du laser ou d'autres techniques telles que la crème ou le gel. Comme il s'agit d'un petit tatouage, certains ont choisi de le camoufler avec un autre.

Un tatouage étoile. | Photo : Getty Images

Annonces

LES CITATIONS EN LANGUE ÉTRANGÈRE

Outre le prénom, certaines personnes ont un penchant pour les tatouages en phrases longues. Il peut s'agir d'une citation ou d'un proverbe qui touche le plus leur cœur. Cela peut aussi être un mantra qu'ils utilisent.

Ainsi, il n'est pas rare qu'elles écrivent des phrases dans une langue qu'elles aiment mais qui leur est étrangère. En fait, selon des sondages, c'est celle-ci qui est la plus demandée au tatoueur.

Une femme tatouée au bras. | Photo : Getty Images

Annonces

LES BARBELÉS

Ce tatouage était très à la mode dans les années 90. Ceux qui ont regardé le film "Barb Wire" dans lequel l'actrice de 53 ans, Pamela Anderson, a joué se souviennent sans doute du tatouage qu'elle avait sur son bras gauche.

Cela a même rendu ce style de tatouage aussi populaire qu'il l'était à l'époque. Il représentait beaucoup pour la plupart des gens qui ont décidé de se faire tatouer. Outre le poignet, d'autres ont fait ce tatouage sur le bras ou sur la cheville.

Annonces

LES PARTIES DU CORPS À NE PAS TATOUER

Pour certaines personnes, se faire tatouer rend leur corps encore plus beau qu'il ne l'est déjà. Sauf qu'avant d'aller chez un tatoueur et de se faire tatouer le dessin, le symbole ou la phrase qui vous plaît, il est bon de savoir quelles parties du corps doivent ou ne doivent pas être tatouées.

Une femme avec des tatouages | source: unplash

Annonces
info
Veuillez nous indiquer votre adresse e-mail afin que nous puissions partager avec vous les meilleures de nos histoires !
En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité