La source:

Meurtre de Maelys: les parents d'une petite fille rencontrent Nordahl Lelandais face à face pour la première fois

Liana Ratsiorimanana
24 sept. 2018
14:21
Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

L’affaire du meurtre de la petite Maelys fera l’objet d’une reconstitution dans la nuit de ce 24 au 25 septembre. Un évènement qui mettra les parents de la jeune victime et le suspect principal face à face pour la première fois après le crime.

Annonces

Aujourd’hui, l’affaire Maelys tourne en boucle sur toutes les chaînes françaises et fait la une sur tous les magazines. Pour cause: une reconstitution sera organisée cette nuit.

Et d’après Télé Loisir, au cours de cette reconstitution, les parents de Maelys vont devoir faire face pour la première fois à celui qui est présumé avoir pris la vie de leur fille.

UNE RECONSTITUTION QUI VA PERMETTRE D’ÉCLAIRCIR LES CIRCONSTANCES DU MEURTRE

Bien évidemment, le but de la reconstitution est d’éclaircir la circonstance du meurtre de la petite Maelys.

Annonces

Plus précisément, le but serait de déterminer comment le suspect a-t-il pu faire autant d'aller-retour entre la salle de mariage et son domicile.

Annonces

Et pour cela, Nordhal Lelandais, le suspect numéro un dans cette affaire sera président. Mais pas seulement.

Annonces

Les parents de la petite Maelys sont également attendus. Et ce serait le premier face à face entre le meurtrier présumé et les parents de la victime depuis le jour fatidique du 27 août 2017 où l’irréparable a été commis.

Annonces

Mais pour éviter toute forme de débordement, la reconstitution sera hautement surveillée. Télé Loisir évoque un chiffre compris entre 130 et 200 militaires mobilisés pour sécuriser tout le trajet.

Annonces

LE FRÈRE DE NORDHAL LELANDAIS PREND LA PAROLE POUR LA PREMIÈRE FOIS

Dans la matinée de ce même lundi 24 septembre, on a pu entendre un membre de la famille du suspect du meurtre de Maelys, Nordhal Lelandais, pour la première fois. Il s’agit de son frère Sven Lelandais qui semble croire à la thèse accidentelle.

Annonces

«Je ne dis pas que c’est bien de mettre une tarte à une enfant. Mais on ne met pas une claque pour tuer. L’intention de Nordahl n’était pas de donner la mort, loin de là», 

avait dit Sven Lelandais qui semble approuver la thèse de son frère disant avoir frappé la victime qui s’est heurtée à un endroit dur de la portière et qui serait morte à cause du choc.

Annonces