Des tremblements de terre d'une magnitude de 7,5 près de la Nouvelle-Calédonie ont fait craindre un éventuel tsunami

La Nouvelle-Calédonie a été victime de deux séismes et d’une alerte tsunami. Toutefois, l’alerte a été levée quelques heures plus tard.

Le 5 décembre, deux séismes ont touché la Nouvelle-Calédonie. Une alerte tsunami a immédiatement été émise par le Haut-commissariat, qui ordonne à la population sur le littoral de la côte est, l'île des Pins et les îles Loyauté, d’évacuer dans l’immédiat.

Les vagues à l’île des Pins et à Maré mesuraient entre 1.50 et 2 mètres de haut, ce qui a alerté les autorités.

En outre, les mouvements de la mer étaient anormaux. L’alerte tsunami a ainsi duré près de 3 heures, le mercredi vers l'après-midi.

La population dans la zone concernée a été signalée par une sirène et a rejoint les zones en hauteur, loin du bord de la mer. Heureusement, aucune victime ni des dégâts n’ont été recensés, comme l’indique la sécurité civile.

«Alerte tsunami sur l'ensemble de la Calédonie. Ordre d'évacuation immédiat des populations vers les zones refuges et application des consignes de sécurité»

L’alerte a été levée vers 18h20, heure locale, comme le relate la sécurité locale après que les observations sur terrain ont confirmé que l’intensité du tsunami est en forte diminution. Le fléau ne présentait ainsi aucun risque pour la population.

DEUX SÉISMES EN UNE JOURNÉE

Ce mercredi, la Nouvelle-Calédonie était le théâtre de deux séismes avant l’alerte tsunami. Dans un communiqué, la Direction de la sécurité civile et de la gestion des risques indique un séisme de magnitude 7.7 sur l'échelle de Richter.

L’Institut d’études géologiques des Etats-Unis (USGC) observe que la profondeur de ce séisme était à 10 kilomètres. Son épicentre se trouvait à environ 300 kilomètres de l’est de Nouméa.  

Toutefois, les habitants de l’archipel déclarent n’avoir rien ressenti, concernant le tremblement de terre.

Quant au second séisme, l’USGC l’a observé à 14h43 (06h43 GMT) avec une magnitude 6.6. Celui-ci se situe près de 200 kilomètres de l’île de Maré, dans le sud-est.

Contrairement à la gare de Fiejac qui est totalement détruit par les flammes le jeudi 21 au vendredi 22 novembre dernier, la Nouvelle-Calédonie échappe à une catastrophe, .