Les médecins expliquent le décès inattendu de la femme dans la salle d'urgence grâce à l'autopsie

La brigade des sapeurs-pompiers de Paris a emmené une femme âgée de 55 ans à l'accueil des urgences d'un hôpital. Àprès douze heures d'attente sur un brancard, la femme fini par mourir.  

Arrivée aux environs de 18h40 à l'hôpital Lariboisière, la femme avait dit souffrir d'insupportables douleurs aux jambes, et d'un terrible mal de tête.

Vers minuit, un personnel de santé l'avait appelée, mais comme elle n'avait pas répondu à l'appel on a fini par estimer que la femme était rentrée.

Douze heures de temps après son arrivée à l'accueil, la femme a été retrouvée morte, allongée sur son brancard. Dans le dossier remis à sa famille, la femme serait morte à cause d'un problème respiratoire survenu à la suite d'un oedème pulmonaire.

Eddy Arneton, avocat de la famille en a tiré une erreur de diagnostic alors que le rapport interne n'a pas révélé la vraie cause du décès.

HOMICIDE INVOLONTAIRE ET NON-ASSISTANCE À PERSONNE EN DANGER  

Une nouvelle autopsie a été faite, et a démontré que la femme est morte en s'étouffant, comme l'a souligné Le Monde.

«Ces fautes relèvent d’un manque de sérieux et non pas d’un manque de moyens»

dénonce l'avocat.

Toujours selon l'avocat en charge de l'affaire, la responsabilité incombe au centre hospitalier. Un des protocoles qui régissent les règles sur l'accueil des urgences n'a pas été respecté.

Non seulement le personnel de santé a pour lui, commis un homicide involontaire par omission mais il a aussi avancé que l'une des erreurs de l'hôpital reposait sur l'aiguillage de la victime.

"Sur le dossier médical, il est rapporté que la patiente se plaint de douleurs aux jambes. Il n’est toutefois pas fait mention de ses céphalées.  Il s’agit pourtant d’un élément important pour établir un diagnostic correct "

confie maître Arneto au magazine Le Monde.

Le corps médical tente toujours de se protéger en couvrant leur responsabilité, mais l'affaire est actuellement entre les mains de la justice.

Pour la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, toutes les procédures à suivre dans une situation d'urgences ont été respectées, donc pour elle, le décès de la femme de 50 ans n'est aucunement de la faute du personnel de santé.

"Il ne faut pas forcément mettre ça sur un problème de moyens, c’est aussi peut-être un problème de procédure. Cette femme, visiblement, a été appelée, elle n’a pas répondu, on a considéré qu’elle était partie."

Malgré ces propos, la famille de la victime a quand même décidé de porter plainte. 

Ce cas mettant en cause la responsabilité du personnel médical rappelle celui de la jeune Naomi Musenga.

LE TRAGIQUE DÉPART DE NAOMI

Naomi Musenga avait appelé les urgences parce qu'elle souffrait d'un violent mal de ventre. Mais le service d'accueil d'un centre hospitalier l'avait rayé de l'appel d'urgence. Ce qui s'en suit est terrible. 

La jeune fille a succombé quelques heures après.

Les postes connexes
Dec 20, 2018
"Elle n’a pas été vue par un médecin" : Une femme meurt après 12 heures passées dans une salle des services d'urgences
Feb 02, 2019
Un jeune homme de 21 ans meurt quelques heures après que ses médecins aient ignoré ses déclarations
People Mar 26, 2019
'Maman est morte seule dans la douleur' : Une femme âgée est morte seule en dépit d'avoir appelé la ligne d'assistance 26 fois
Jan 18, 2019
La mort de Naomi Musenga : les parents dévoilent que leur fille a été "tuée deux fois"