"Qu'elle enlève son gilet !": Ingrid Levavasseur a été attaquée par des Gilets jaunes sur France 2

L’émission Politique de Léa Salamé et Thomas Sotto s’était passée ce jeudi soir où était organisé leur Grand débat national sur France 2. Comme invitée sur le plateau, il y avait Ingrid Levavasseur, un membre des gilets jaunes qui avait été contesté par les autres gilets jaunes même.

Au sein des gilets jaunes, la diversité est bel et bien au rendez-vous. Raison pour laquelle les revendications sont si nombreuses. Pourtant, cette diversité d’idées ne joue pas toujours en faveur du mouvement.

En effet, Ingrid Levavasseur, une des têtes d’affiche des gilets jaunes avait été vivement critiquée par son propre camp.

La raison est qu’elle désirait présenter une liste aux prochaines élections européennes.

Source : Youtube / France 2

Source : Youtube / France 2

Suite de quoi l’aide-soignante avait été accusée par les autres gilets jaunes de jouer le même jeu que le président Emmanuel Macron, c’est-à-dire, qu’elle manquait de concentration et qu’elle affaiblissait ses adversaires.

Rappelons que l’émission politique de Léa Samalé et Thomas Sotto de jeudi soir se focalisait sur le Grand débat national gravitant autour du monde politique avec les citoyens, les syndicalistes et les intellectuels.

DES ATTAQUES VENANT DE SON PROPRE CAMP

Ingrid Levavasseur n’aurait sûrement pas pensé que l’opposition viendrait majoritairement de son propre camp, les gilets jaunes.

En effet, Évelyne Libéral, gilet jaune du nord avait affirmé:

"Je ne voterai pas pour elle. Pourquoi vous n'avez pas osé en parler ? Pourquoi vous n'avez pas dit aux gens qui vous suivent : 'Je vais rencontrer le Ministre?"

toujours selon Évelyne Libéral, Ingrid Levavasseur  ferait des transactions dans le dos des gens faisant ainsi d’elle une femme politique et qu’elle devrait enlever son gilet jaune.

Face à ces attaques, Ingrid Levavasseur s’était tu dans un premier temps avant de s’attrister de voir les gilets jaunes «se tirer dans les pattes» tout comme la classe politique si ardemment critiquée par le mouvement.

Évelyne Libéral a tout de même continué en affirmant que c’était une «connerie» et que ce n’était pas le moment pour créer un parti politique.

LE CONFLIT ENTRE LES GILETS JAUNES ET LES JOURNALISTES

L’agressivité des gilets jaunes n’est plus à démontrer et il n’y a pas que sur les plateaux des médias que cela se voit.

Cela nous rappelle notamment quand ils avaient attaqué sévèrement un journaliste.