"C’est très lâche" : La réaction émouvante d'Eric Drouet après le vandalisme de sa maison (Vidéo)

La maison d'Eric Drouet, une des personnalités dominantes du mouvement "Gilet jaune", a fait l'objet de vandalisme entre lundi et mardi en soirée.

Pour sa part, le dirigeant des Gilets jaunes, qui avait réclamé le "blocage" des ports et des raffineries, ne craignait pas que ce genre d'actes de vandalisme ne viennent compromettre sa détermination.

Alors que les policiers grattaient le plâtre de la façade de son appartement, qui était un peu colorée par un graffiti en jaune, Eric Drouet démonte deux roues avec des pneus délibérément crevés dans la nuit de sa vieille Renault 21 grise, devant son pavillon en Seine-et-Marne, à Melun.

Aux alentours de 3 heures du matin, il a appris que son pavillon avait été recouvert de peinture jaune. Son auto était également enduite de la même peinture.

De plus, le véhicule avait des pneus crevés. La police rapporte que cela n'a "Rien de revendicatif, plutôt des salissures".

Eric Drouet a su garder son sang-froid ce mardi matin. Cependant, le "Gilet jaune" a tout de même déposé une plainte au commissariat de police.

"Il n’y avait rien jusqu à 0 h 30. Je suis arrivé à 3 heures. J’ai déposé plainte aussitôt puis on a nettoyé les volets et la porte."

a-t-il expliqué.

" Il y a 10 000 façons de l’interpréter. Les médias nous font passer pour des renégats. En tout cas, cet acte c’est très lâche. C’est la première fois que ça arrive. D’habitude, ce sont des lettres anonymes. J’en reçois régulièrement",

déclarait-il au Parisien ce jour là.

Le dossier a été classé sensible et remis à la sécurité départementale de Seine-et-Marne. Ces altérations ont été mises en évidence pour la première fois par Europe 1.

Elles sont probablement en rapport avec sa vocation à renforcer la mobilisation dans le cadre des prochains actes des Gilets Jaunes.

LA RÉACTION D'EMMANUEL MACRON FACE À LA CRISE DES GILETS JAUNES

Le mouvement des Gilets jaunes ne cesse de prendre de l'envergure depuis un certain temps, provoquant parfois des actes de violence incroyables.

L'acte des Gilets jaunes de ce 16 mars, sur les Champs-Elysées, a été d'une violence inouïe.

En effet, les Champs-Élysées furent à nouveau saccagées. Face à cela, le Président de la République française a sollicité l'avis de son Premier ministre et de son ministre de l'Intérieur pour prendre des "décisions fermes".