Yvelines : une femme ayant subi des violences de son compagnon est soupçonnée d'avoir étranglé son nouveau-né

Mise en examen ce jeudi 4 avril, une jeune femme est soupçonnée d'avoir tué l'un de ses jumeaux seulement quelques jours après leur naissance. Une relation de couple toxique pourrait être à l'origine de ce terrible drame.

Une jeune maman de 26 ans est soupçonnée d'avoir, en août 2018, étouffé l'un de ses nouveau-nés, rapporte Le Parisien. Ce terrible drame se serait déroulé à la maternité du Chesnay, près de Versailles, dans les Yvelines.

Selon le quotidien, le 4 août dernier, la jeune femme a donné naissance aux jumeaux, un garçon et une fille. Douze jours plus tard, la petite fille est retrouvée sans vie.

Les médecins pensent d'abord à une mort subite du nourrisson. L'autopsie confirme que le bébé s'est étouffé seul dans son lit. Le parquet classe alors le dossier.  

A la sortie de la maternité le deuxième jumeau est placé, comme le sont déjà les trois précédents enfants de cette femme, qui vit dans des conditions d’instabilité psychologique et familiale.

"Elle est elle-même issue d’une famille qui souffrait de graves problèmes et avait été placée dans son enfance alors que sa mère était alcoolique"

précise une source proche du dossier au Parisien.

Les pieds du nouveau-né. Photo : Pixabay

Les pieds du nouveau-né. Photo : Pixabay

Mais le 22 décembre 2018, l'affaire prend une nouvelle tournure lorsque la grand-mère des enfants se présente au commissariat du 12ème arrondissement de Paris, pour remettre une lettre de sa fille, dans laquelle cette dernière dit avoir tué sa fille.

La main du bébé tenue par ses parents. Photo : Pixabay

La main du bébé tenue par ses parents. Photo : Pixabay

La jeune femme, fragile psychologiquement, y précise avoir accompli un tel geste "par peur de la violence de son compagnon", dont elle était déjà à ce moment séparée et vivait dans un foyer pour femmes battues.

Une mère tenant son bébé dans ses bras. Photo : Shutterstock

Une mère tenant son bébé dans ses bras. Photo : Shutterstock

Interrogé par les enquêteurs, l'homme condamné pour des violences sur son ex-compagne, nie "toute complicité dans le meurtre". La mère de famille a été placée en garde à vue ce mardi 2 avril, avant d'être remise en liberté sous contrôle judiciaire, avec obligation de suivre des soins psychologiques. 

UN DRAME A MERIGNAC

Une mère de famille qui a été dans le coma, s'est réveillée et a avoué avoir empoisonné son petit garçon à l’aide de médicaments.

Réveillée à l'hôpital de sa léthargie ce jeudi 28 mars, durant la journée, la mère du garçonnet tué lundi à Mérignac a été placée en garde à vue après que les enquêteurs de la Brigade départementale de protection de la famille aient reçu l'aval des médecins.

ⓘ AMOMAMA.FR ne soutient ni ne promeut aucune forme de violence, d'automutilation ou de comportement abusif. Nous sensibilisons les gens sur ces problèmes afin d'aider les victimes potentielles à obtenir des conseils professionnels et d'éviter que quiconque ne soit blessé. AMOMAMA.FR s'élève contre tout ce qui a été mentionné ci-dessus et préconise une discussion saine sur les cas de violence, d'abus, d'inconduite sexuelle, de cruauté envers les animaux, d'abus, etc. qui bénéficient aux victimes. Nous encourageons également chacun à signaler le plus tôt possible tout incident criminel dont il est témoin.

Les postes connexes
Jan 26, 2019
Une mère et son fils nouveau-né meurent après qu'elle ait retardé son traitement contre le cancer pour sauver sa vie
Vie Mar 07, 2019
Une baby-sitter âgée de 11 ans seulement est accusée de violence envers un enfant confié à ses soins après le décès du tout-petit
Dec 20, 2018
Mort de Kléony, 4 ans: les voisins témoignent des violences quotidiennes du beau-père
Mar 15, 2019
Les larmes gelées sur ses joues : la mort mystérieuse d'un nouveau-né est résolue 38 ans plus tard