Pour éviter la fermeture d'une classe en Isère : 15 moutons inscrits à l'école

Le maire de Crêts-en-Belledonne et les parents d’élèves de l’école de la commune ont mené une action originale et non sans humour afin de mobiliser les gens contre la fermeture d'une classe.

Selon le rapport de La Voix du Nord, quinze moutons ont été symboliquement inscrits, à l’école primaire de Crêts-en-Belledonne (Isère) et la procédure de l’inscription s’est passée en vrai ! Les "nouveaux élèves" sont arrivés en présence des écoliers, de leurs parents et du corps enseignant.

Ce mardi 7 mai 2019 vers 8h, un éleveur de la région est entré dans l’école avec un troupeau de moutons et son chien. Le maire Jean-Louis Maret était présent et il a fait les choses en règle avec un arrêté de réquisition d’une partie de la cour.

Ainsi quinze des moutons, certificats de naissance à l’appui, ont été "officiellement" inscrits pour être scolarisés dans cette école.

Les parents d’élèves ont eu cette idée-là en apprenant en mars dernier que l’une de ses 11 classes fermerait vraisemblablement à la rentrée suite à une légère baisse d’effectifs.

"Il y a ici des enfants en difficulté, mais l’Education nationale ne se préoccupe pas des arguments de terrain, juste des chiffres"

a déclaré Gaëlle Laval, membre de la FCPE et une des organisatrices de la manifestation de ce mardi.

[Quinze moutons ont été symboliquement inscrits hier comme élèves dans une école primaire de Crêts en Belledonne, dans le sud-est de la France. Cette action faisait partie d’une manifestation contre la fermeture d’une des onze classes de l’école. Twitter/euronews]

Les parents d’élèves soulignent aussi que suite à la fermeture d'une classe, les CP et CE1 se retrouveraient à la rentrée nettement plus que les 24 élèves par classe préconisés "de la grande section de maternelle au CE1" par le président Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse à l’Elysée, le 25 avril dernier.

Avec cette action ils espèrent que leurs voix seront entendues par le gouvernement et que cela permettra d'éviter un "gâchis" dans cette école où la mairie a beaucoup investi ces dernières années :

"Avec cela, on ne devrait pas avoir de fermeture"

sourit Gaëlle Laval, qui reconnaît "avoir voulu jouer sur l’humour pour mobiliser les gens".

UNE AUTRE ACTION SYMBOLIQUE

En janvier dernier, à Clermont-Ferrand, ce sont les Gilets jaunes qui ont mené une action symbolique pour dénoncer l'évasion fiscale et les banques françaises qui y participent.