Une nouvelle loi sur l’euthanasie permet à une Australienne de 61 ans, cancéreuse, de mourir

Âgée de 61 ans, Kerry Robertson, était dans une longue lutte contre un cancer du sein depuis plusieurs années. Elle a mis un terme à ses jours en juillet 2019. 

Son calvaire était devenu insupportable. Un groupe militant pour l’euthanasie volontaire, Go Gentle Australia, a annoncé qu’une Australienne de 61 ans souffrant d’un cancer est, en juillet 2019, la première personne à utiliser la loi sur l’euthanasie.

Cette loi sur la fin de vie active a été adoptée dans l’état de Victoria malgré la controverse qui entoure le sujet. Kerry Robertson avait deux enfants.

Elle est décédée au mois de juillet à Bendigo, dans l'État de Victoria. Ce décès est survenu trois mois après avoir arrêté son traitement contre son cancer du sein.

D’après le groupe, elle ne pouvait plus supporter les lourds effets secondaires de son traitement. Elle était malade depuis 2010. Il lui était administré un produit mortel après un processus d'approbation de 26 jours prévu par la législation en vigueur. 

Par le biais d’un communiqué, sa fille Jacqui déclare que :

“Cela a été rapide, elle était prête à partir.”

Avant d’ajouter : 

“Son corps était défaillant et elle souffrait terriblement. Elle souffrait depuis longtemps.”

Ses deux filles, Jacqui Hicks et Nicole Robertson, ont aussi indiqué que :

“Ce fut une belle expérience positive”,

avant de confier que

“C'était la mort qu'elle voulait.”

L’état de Victoria (sud-est) est l’un des états les plus peuplé de l’Australie. L’état a adopté une loi qui est entré en vigueur au mois de juin 2019.

Cette nouvelle législation permet aux personnes malades en fin de vie de mettre fin à leur jour. Il s’agit d’une première en Australie et d’autres États faire de même.

La mort assistée est toutefois réservée aux malades en phase terminale qui ont au moins 18 ans et qui réside dans l’état de Victoria.

Il leur faut aussi avoir moins de six mois à vivre, ou moins d’un an pour ceux qui souffrent de sclérose en plaques ou d'affections neuromotrices.

Cette législation prévoit des garanties comme un comité d’examen indépendant ainsi que le contrôle des circonstances du décès par un médecin légiste.

Atteinte d'une maladie de Charcot ou SLA, une maladie incurable.

Anne Bert âgée de 59 ans, défendait de choisir comment mettre fin à sa vie pour abréger ses souffrances, a été finalement euthanasiée comme elle le voulait dans un hôpital belge. Elle a adressé une dernière lettre aux citoyens français. 

Les postes connexes
Twitter/ADMDFRANCE
People Jun 24, 2019
Jean Mercier, qui a aidé sa femme à mourir en 2011, décédé à 91 ans
Apr 06, 2019
Une mère de sept enfants avec un cancer du sein espère compléter une liste de choses à faire déchirante avant de mourir
Twitter/BFMTV/
Actu France Jul 10, 2019
Des manifestants accusent d’euthanasie la décision sur le cas de Vincent Lambert
shutterstock.com
People Jul 10, 2019
Histoires inconnues des “Vincent Lambert” qui n’ont pas eu autant de soutien