"Ma mère vient de fabriquer près de 200 masques" : Reynaldo, de retour de Chine, témoigne

Dans une interview exclusive accordée à AmoMama, un cubain de 25 ans a évoqué le temps qu'il a passé en Chine durant l'épidémie de Coronavirus et a raconté qu'il s'y sentait en sécurité.

Chez AmoMama, nous faisons de notre mieux pour vous donner les dernières nouvelles concernant la pandémie COVID-19, mais la situation est en constante évolution. Nous encourageons les lecteurs à se référer aux mises à jour en ligne du Ministère des Solidarités et de la Santé, de l'OMS ou des départements de santé locaux pour rester informés. Prenez soin de vous !

Reynaldo Escobar Mayedo, un étudiant en dentisterie et musicien de Holguín, à Cuba, nous a contactés pour nous parler de la situation actuelle à Cuba et de la manière dont les choses ont été gérées par la Chine lorsqu'il vivait là-bas.

La mère de Reynaldo a fabriqué "près de 200 masques".

 
Reynaldo Escobar Mayedo en Chine. l Source : Autorisation de Reynaldo

Reynaldo Escobar Mayedo en Chine. l Source : Autorisation de Reynaldo

LES MESURES PRISES PAR LES GENS

Il a ainsi raconté ques les écoles, les universités et de nombreuses autres institutions liées au système éducatif ont été fermées jusqu'au 20 avril. Les lieux publics tels que les salles de sport, les piscines et les boîtes de nuit ont eux aussi été fermés.

Les déplacements entre régions ainsi que les vols depuis et vers Cuba ont aussi été suspendus. La distanciation sociale est l'une des mesures imposées aux gens qui doivent donc faire la queue devant les magasins. Ils doivent garder au moins un mètre de distance les uns avec les autres. Reynaldo a ajouté :

"Les mesures les plus communes sont de laver ses mains dès que vous rentrez d'une sortie et de nettoyez ses chaussures à l'aide de serviettes à l'hypochlorite placées sur la portée d'entrée."

Les personnes âgées de plus de 60 ans doivent rester chez elles et plusieurs chaînes diffusent des programmes visant à garder la population informée de l'évolution du virus.

D'après Reynaldo, les gens ne paniquent pas à Cuba. Ils suivent simplement les mesures mentionnées précédemment et essaient de faire passer le mot afin que tout le monde les suivent.

Concernant les produits dans les magasins, il a signalé que rien n'a changé. Reynaldo a fait remarquer que, avec ou sans la menace d'une pandémie mondiale, les magasins cubains n'ont que peu de produits disponibles et que la plupart d'entre eux sont bien trop chers.

Reynaldo Escobar Mayedo et sa famille à Cuba l Source : Reynaldo

Reynaldo Escobar Mayedo et sa famille à Cuba l Source : Reynaldo

LE TEMPS PASSÉ PAR REYNALDO EN CHINE EN PLEINE ÉPIDÉMIE

Il a aussi évoqué sa période passée en Chine. L'interne en dentisterie de 25 ans nous a raconté sa vie durant les dix mois qu'il a passé à travailler à Qingdao. Il a dû quitter le pays le 12 février 2020 suite à l'expiration de son contrat.

D'après Reynaldo, Qingdao n'avait pas autant de cas de Coronavirus que d'autres villes. Il a même ajouté qu'il se sentait "en sécurité" là-bas puisque presque tout le monde suivait les mesures de sécurité et restait chez soi. Il déclare :

"Dans chaque immeuble il y avait un groupe spécial de médecins et de policiers qui prenaient votre température et qui s'assuraient que vous vous laviez les mains."

Reynaldo a raconté que comme de nombreuses personnes de Qingdao, il a arrêté de travailler à partir du 26 janvier et qu'à partir de ce jour il est resté chez lui autant que possible, sortant simplement pour aller acheter de l'eau et de quoi se nourrir.

Il se sentait en sécurité dans les magasins puisque les clients se faisaient prendre leur température et devaient laver leurs mains avant d'entrer. Et avant de quitter la Chine, il a dû passer de nombreux test aux aéroports de Pékin, Moscou et la Havane afin de prouver qu'il n'était pas porteur du virus.

Même une fois arrivé sur le sol cubain, il a dû passer 14 jours en quarantaine à La Havane, la capitale du pays, avant d'être autorisé à rentrer à Holguín.

LES PEURS DE REYNALDO

Reynaldo a aussi dit qu'il était presque impossible d'instaurer un télétravail à Cuba à cause du prix exorbitant de la connexion internet. D'après ses informations, les cubains doivent payer environ dix dollars pour 1 gb et les dentistes ne gagnent que 40 dollars par mois.

Au moment de l'interview, il ne connaissait personne infecté par le COVID-19. Bien qu'il n'ait pas peur d'être infecté, il était plus inquiet pour sa grand-mère, sa mère et sa sœur qui vivent avec lui.

Il a aussi mentionné son beau-père qui est asthmatique. Afin d'éviter la contamination, la mère de Reynaldo a fabriqué "près de 200 masques" pour sa famille, ses voisins et les gens dans la rue.

Les masques fabriqués par la mère de Renaldo Escobar Mayedo. l Source : Reynaldo

Les masques fabriqués par la mère de Renaldo Escobar Mayedo. l Source : Reynaldo

LE CORONAVIRUS À CUBA

En parlant de masques, CNN a rapporté qu'une usine textile à Cuba a commencé à en produire afin de combattre le manque d'une protection aussi essentielle pour la population.

Il a aussi été révélé que trois touristes Italiens ont été les premiers cas confirmés du Coronavirus sur l'île des Caraïbes et qu'ils avaient été pris en charge par un hôpital de La Havane.

Les postes connexes
twitter.com/TeleLoisirs
Santé Feb 29, 2020
Coronavirus : Arnauld Miguet, correspondant de France Télé en Chine, raconte leur actualité
GettyImages
Actu France Feb 02, 2020
Aix-en-Provence : Les 200 personnes rapatriés de Chine seront hébergés à l’Ensosp
twitter.com/Telestarmag
Santé Mar 10, 2020
Après quinze jours de confinement causés par le Coronavirus, Laurent Bignolas est de retour dans “Télématin”
Pexels
People Mar 26, 2020
Bretagne : une infirmière priée de ne pas se garer près des autres personnes