Histoire d'Elizabeth Prettejohn - la femme qui a vécu seule dans un village abandonné pendant 47 ans

Il n’y a pas à dire, rares sont les personnes à avoir la même expérience de vie qu’Elizabeth Ann Prettejohn. D’ailleurs, peu de personnes en seraient capables, elle a tout de même vécu seule dans un village abandonné pendant plusieurs années.

Il existe bon nombre d'histoires insolites mais celle d’Elizabeth Ann Prettejohn est vraiment à part. Cette femme a non seulement vécu dans un village en ruine mais elle y a surtout vécu seul durant plusieurs années.

Le plus incroyable, c’est qu’elle ait choisi de son plein gré d’y rester et de vivre de cette manière, et ce jusqu’à son dernier souffle. Telle est la fascinante histoire d’Elizabeth Prettejohn.

COMMENT EN EST-ELLE ARRIVÉE LÀ ?

Il y a plusieurs siècles de cela, Hallsands était un petit village de pêcheurs situé à Devon en Angleterre où il faisait bon vivre. À la base, des familles de pêcheurs y avaient élu domicile.

L’endroit était notamment animé par un petit pub appartenant aux parents d’Elizabeth Ann Prettejohn. Pour communiquer avec le reste du monde, les habitants disposaient d’un bureau de poste.

Tout allait dans le meilleur des mondes jusqu’en 1917 où une violente tempête est venue changer la donne.

Ce vent est d’une telle violence que 37 maisons ont été emportées. Il en va de même pour le pub, ainsi que tout ce qui faisait le charme de ce petit village. Par miracle, aucune perte humaine n’est à déplorer mais le village a été dévasté.

Elizabeth Prettejohn a habité à Hallsands. | Photo : Devon Live/British Pathé

Elizabeth Prettejohn a habité à Hallsands. | Photo : Devon Live/British Pathé

En pareille circonstance, les habitants avaient préféré fuir ce village en ruine. Seuls les Prettejohns ont choisi de rester.

Si Elizabeth Prettejohn avait 33 ans au moment des faits, avec le temps, elle a fini par être la seule à continuer à y vivre quand sa famille est décédée. Ce qui fait qu’elle y a vécu durant 47 ans, en étant seule la plupart du temps.

Le plus surprenant, c’est qu’elle a préféré y rester jusqu’à ce que la mort l’emporte, en 1964, alors qu’elle avait 80 ans. Il s’agit d’un tour de force prodigieux que peu d’hommes arriverait à accomplir.

COMMENT A-T-ELLE SURVÉCU ?

Si le fait qu’elle ait choisi de rester est déjà incroyable, c’est surtout la manière dont elle y a vécu qui est impressionnante.

N’ayant pas accès, ne serait qu’à un magasin pour pouvoir se réapprovisionner, Elizabeth Prettejohn s’est débrouillée comme elle le pouvait.

De ce fait, elle se nourrissait essentiellement des œufs venant des poules qu’elle élevait en grande quantité. Elle se procurait aussi des poissons de mer. Bref, elle menait une existence des plus simplistes.

Le village de Hallsands. Photo : Matt Carter/Devon Live

Le village de Hallsands. Photo : Matt Carter/Devon Live

Aussi incroyable que cela puisse paraître, elle a réussi à survivre de cette manière. Bien évidemment, l’idée d’aller déménager a fini par lui traverser l’esprit. Voulant élire domicile à Dartmouth, elle s’est finalement ravisée.

Il faut savoir qu’avec le temps, le mode de vie de la vieille dame a fini par éveiller la curiosité. Si bien qu'elle s'est retrouvée dans un documentaire diffusé sur Pathé, dans les années 60.

Elle avait notamment révélé que si elle s’était ravisée par rapport à ce déménagement éventuel, c’est surtout parce que sa personne ainsi que ses souvenirs appartenaient à cet endroit.

“J'ai tous mes souvenirs ici, (...) C'est le chantier naval qui a pris toute notre plage”,

avait-elle surenchéri.

Le village de Hallsands. Photo : Matt Carter/Devon Live

Le village de Hallsands. Photo : Matt Carter/Devon Live

Certes, elle vivait seule dans les ruines de son village, mais elle a tout de même eu l'occasion de parler à des touristes qui passaient par là. D’ailleurs, elle éprouvait une certaine joie par rapport au fait de leur montrer les maisons de ses anciens voisins.

Si cet endroit était encore accessible il y a peu, cette époque est révolue depuis un glissement de terrain, survenu en 2012.

Jugée trop dangereuse, la route a même été bloquée. Cela dit, il est encore possible de contempler ce village en ruine depuis une plateforme d’observation située au sommet de la falaise.

UNE SITUATION INSOLITE

À l’image de l’incroyable existence de la regrettée Elizabeth Ann Prettejohn, il existe bon nombre de situations insolites.

La preuve en est avec l’histoire de Nolan Fodge, qui a aidé un veau dont la tête s’était malencontreusement retrouvée coincée dans un arbre. Certes, cela est moins impressionnant que le parcours d'Elisabeth mais l’histoire est tout aussi insolite et surtout très touchante.

Nolan Fogle entraîne de saucer un veau coincé dans un arbre. Photo : Facebook/Nolan Fogle

Nolan Fogle entraîne de saucer un veau coincé dans un arbre. Photo : Facebook/Nolan Fogle

Les postes connexes
William, 25 ans, ne retrouve pas sa mère suite à la tempête Alex : il n'a "aucun espoir"
youtube.com/France 3 Provence-Alpes Côte d'Azur
Actu France Oct 07, 2020
William, 25 ans, ne retrouve pas sa mère suite à la tempête Alex : il n'a "aucun espoir"
Zoom sur la situation dans les Alpes-Maritimes 3 jours après la tempête Alex : la chronologie de la catastrophe
Twitter/F3cotedazur
Actu France Oct 06, 2020
Zoom sur la situation dans les Alpes-Maritimes 3 jours après la tempête Alex : la chronologie de la catastrophe
"Je sais que c'est fini" : témoignage du fils du couple disparu à Roquebillière
Twitter/le_Parisien
Actu France Oct 05, 2020
"Je sais que c'est fini" : témoignage du fils du couple disparu à Roquebillière
Disparue il y a deux ans, une femme de 46 ans est retrouvée vivante au milieu de l'océan
Youtube/The Independent
Histoires Oct 02, 2020
Disparue il y a deux ans, une femme de 46 ans est retrouvée vivante au milieu de l'océan