logo
Twitter/RenaudMuselier
La source: Twitter/RenaudMuselier

Affaire Samuel Paty : le dernier message glaçant envoyé par son agresseur

Kalina Raoelina
09 mars 2021
10:59
Partager
FacebookFacebookTwitterTwitterLinkedInLinkedInEmailEmail

Cela fera bientôt cinq mois que Samuel Paty est décédé. Il a été décapité par un jeune d'origine tchétchène à quelques pas du collège où il enseigne. Selon les dernières informations sur l'affaire, son agresseur a envoyé un message glaçant avant qu'il ne soit abattu par les policiers.

Annonces

Malgré les mois qui se sont écoulés, l'affaire Samuel Paty fait encore couler beaucoup d'encre. Ce qui n'est pas si étonnant vue le nombre de personnes choquées et attristées par la façon dont il a été tué.

D'après ce que rapporte Le Parisien dans ses colonnes, Abdullakh Anzorov, son agresseur a envoyé un message audio à une personne sur Instagram après l'avoir décapité. Tous les détails.

Annonces

DES INFORMATIONS SUR SON AGRESSEUR

Le drame a eu lieu le vendredi 16 octobre 2020, peu après sa sortie du Collège du Bois d'Aulne où il travaille comme professeur d'Histoire-Géographie. Un jeune homme du nom d'Abdullakh Anzorov, tout juste âgé de 18 ans, est venu l'attaquer et en le décapitant en pleine rue.

Selon les informations de Franceinfo, le jeune homme d'origine tchétchène a obtenu un titre de séjour de 10 ans le 4 mars 2020. Il est arrivé en France avec sa famille à l'âge de 6 ans et a ensuite obtenu le statut de réfugié.

Annonces

Et s'il a vu le jour à Moscou en 2002, l'ambassade de Russie a tenu à rassurer qu'il n'avait plus de lien avec le pays depuis 2008.

SON MESSAGE GLAÇANT

Selon Le Parisien, Abdullakh Anzorov a envoyé un message audio à un internaute sur Instagram portant le pseudonyme de "Dnevnik_71" le jour même où il a assassiné le professeur. Le message, enregistré sur son téléphone Samsung, a ensuite été envoyé à son destinataire vers 16 h 58.

Annonces

“J'ai décapité le prof, là je vais faire le djihad en France”,

a-t-il écrit, envoyant à la même occasion une photo de la tête tranchée de Samuel et une capture d'écran de la revendication de son crime publiée sur Twitter.

Puis le jeune garçon a été abattu par les policiers. Il n'avait même pas eu le temps de regarder le message que son interlocuteur lui avait envoyé en réponse à son message audio.

Annonces

“Allah Akbar ! Que la paix, la miséricorde et la bénédiction d'Allah soit sur toi”,

lui a répondu celui qui a été identifié par les enquêteurs.

Celui-ci se nomme Faruq Shami et serait en fait un pseudo-journaliste membre d'un groupe djihadiste en Syrie.

L’AVEU DE LA COLLÉGIENNE

Samuel Paty a été tué par le jeune terroriste peu après qu'une collégienne de 13 ans se soit plainte à son père que le professeur d'Histo-Geo avait montré des caricatures nues de Mahomet. Elle a ensuite avoué, le dimanche 7 mars 2021, qu'elle n'avait pas assisté au cours et a admis avoir menti.

Annonces
Annonces