Témoin des fusillades à Strasbourg : "La police nous a demandé de rester au restaurant et d'éteindre les lumières"

Strasbourg est le théâtre de plusieurs coups de feu. Un témoin raconte la scène, après avoir été confiné dans un restaurant.

Le centre ville de Strasbourg, le 11 décembre, a été le théatre de fusillades. Le drame a eu lieu près du marché de Noël, vers 20 heures.

Le témoin, un homme de 32 ans, raconte ce qui s’est passé. D’après ses dires, ses collègues et lui cherchaient un endroit où diner. Alors qu’ils s’installentt dans le restaurant italien, les policiers ont débarqué sur les lieux.

Ces agents de police leur ont demandés de se rassembler à l’arrière du restaurant et de ne pas en sortir. Ils ont également précisé qu’il était nécessaire d’éteindre toutes les lumières. Selon ce témoin, ils ont été près d’une centaine à être confinés.

source: Youtube / Le Figaro

source: Youtube / Le Figaro

UNE ENQUETE EST TOUJOURS OUVERTE

Selon le témoin, ils n’étaient au courant de rien et ont essayé de s’informer via Twitter. Une jeune femme, qui s’est mise à l’abri dans le restaurant, raconte qu’elle a entendu des coups de feu.

Dans le petit groupe, plusieurs hypothèses circulent comme quoi, tout se serait déroulé du côté de la place Kléber. Certains évoquent même un acte terroriste.

source: Youtube / France24

source: Youtube / France24

Ce n’est que vers 2h20, le lendemain, que le confinement des sites dans la ville de Strasbourg a été levé. Les réactions des habitants sur les réseaux sociaux ne se sont pas faites attendre. Certains déclarent vivre un cauchemar.

Bilan pour de soirée, publiée par la préfecture,  trois personnes décédées et 11 blessés, dont 5 atteints de blessures graves.

Selon les sources de la police, le tireur a fusillé des passants, et a pris la fuite en taxi. Jusqu’à mercredi matin, le suspect est toujours recherché. Le ministère de l’Intérieur a mobilisé 350 personnes, 2 hélicoptères et l’intervention des brigades du Raid, de la BRI et les soldats de Sentinelle pour retrouver le tireur.

Le suspect est déjà fiché dans les données de la police, et connu pour des faits de délinquance en droit commun. Agé de 29 ans, il a été blessé par un militaire Sentinelle.

Une enquête est ainsi ouverte pour terrorisme. En effet, la section antiterroriste du parquet de Paris est saisie de l’enquête. Toute la France est en ce moment en mode «urgence attentat».

Cette histoire de terrorisme nous rappelle ce cas du pasteur américain, Andrew Brunson, qui est accusé d’espionnage contre la Turquie. S’il est reconnu coupable, ce pasteur risque 35 ans de prison.

Le gouvernement l’accuse de faire partie du groupe de terrorisme, à l’origine du coup d’Etat manqué, il y a 2 ans.