"C'est inaudible !" : Un grand affrontement entre l'animateur et Jérôme, un personnage Gilets jaunes

L'équipe de Touche pas à mon poste est revenue sur l'attaque antisémite dont l'académicien et philosophe, Alain Finkielkraut, a été victime, lors de la manifestation du 16 février. Deux invités se sont opposés lors de l'émission.

Cyril Hanouna a reçu Karim Zéribi, Raphaël Enthoven, Eric Revel et Jérôme Rodrigues dans Le Quart d'Heure sans filtre de Touche pas à mon poste de ce lundi 18 février.

Pendant l'émission, l'équipe est revenue sur l'agression dont Alain Finkielkraut a été victime lors de ce 14e acte de mobilisation.

Un débat où chacun donnait son avis sur le dernier acte de mobilisation a été lancé.

"Ça fait des semaines que je dénonce toutes formes d'antisémitisme et toutes formes de racisme. Quoiqu'il advienne, je ne peux pas cautionner ces paroles. Maintenant, on sait aussi à qui on a affaire. On a affaire à Finkielkraut, qui est quelqu'un qui passe dans les médias et qui est fort en gueule. Et qui peut forcément faire réagir",

a annoncé Jérôme.

Jérôme Rodrigues est en fait devenu une figure emblématique des Gilets jaunes après que son œil ait été blessé.

UNE ÉNORME CONTROVERSE

Pendant cet exposé, la chroniqueuse Géraldine Maillet a coupé la parole à Jérôme Rodrigues.

"C'est inaudible !",

a déclaré la chroniqueuse. Mais cette dernière a été à son tour interrompue par le Gilet jaune.

"Je n'ai pas commencé ma phrase, vous m'avez coupé la parole (...) Merci Géraldine Maillet de finir ma phrase",

a rétorqué Jérôme Rodrigues.

La tension est montée d'un cran sur le plateau de Touche pas à mon poste. La romancière a alors expliqué pourquoi elle avait réagi aux propos de cet homme qui avait perdu son œil lors d'une manifestation.

"Après, moi, je trouve que ça devient une cacophonie haineuse et audible. Moi, ce qui me gêne dans le discours, c'est : 'Oui, c'est affreux, mais... Oui, c'est ignoble, mais en même temps...'",

a alors expliqué Géraldine Maillet.

L'invitée de Cyril Hanouna a été choquée par le fait que Jérôme minimisait à ce point l'attaque à laquelle l'académicien a dû faire face.

La romancière et chroniqueuse a aussi expliqué qu'au début du mouvement Gilets jaunes, elle soutenait la cause, mais elle est aujourd'hui déçue de cette mobilisation qu'elle voit devenir une cacophonie haineuse et audible.

LA RÉACTION DE MACRON

La vidéo de l'attaque d’Alain Finkielkraut est devenue virale sur tous les réseaux sociaux. On pouvait entendre des Gilets jaunes crier des insultes antisémites et antisionistes à l'égard de l'académicien.

Heureusement, les forces de l'ordre étaient intervenues à temps, alors que le groupe de manifestants commençait à encercler le philosophe. Emmanuel Macron a réagi via son compte Twitter.