La France prend une décision concernant les enfants djihadistes : aujourd'hui, certains d'entre eux vont retourner dans leur famille

Depuis le début, les affrontements entre les djihadistes et ses opposants ont causé d'innombrables pertes humaines. Dans ces affrontements, des innocents sont devenus des victimes. Souvent, les femmes et les enfants sont les plus touchés par les combats.

Depuis plusieurs mois, des familles françaises demandent que leurs enfants puissent retourner en France. À leur arrivée en France, ils pourront être jugés par l'État français. Le président de la République, Emmanuel Macron, au titre de la protection de l’enfance, a rallumé l'espoir de quelques familles.

Des familles qui ont voulu revoir leurs enfants ou leurs petits enfants revenir dans le pays.

"Pour ce qui est des enfants, c'est une approche au cas par cas qui est menée​, en particulier en lien avec la Croix-Rouge internationale. C’est une approche humanitaire qui est suivie et avec beaucoup de vigilance",

a dit le président dans une déclaration.

Très bonne nouvelle en ce vendredi pour plusieurs familles françaises. Des enfants de djihadistes ont pu quitter la Syrie pour se faire rapatrier en France. Les enfants concernés sont ceux qui sont "orphelins et isolés, âgés de 5 ans et moins".

Ces enfants ont été recueillis dans des camps dans le nord-est de la terre syrienne. Pour le moment, aucune information n'a été divulguée sur le nombre ni l'identité des enfants. Les personnes concernées quant à eux sont avertis :

"les proches concernés, qui étaient en contact avec le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, ont été informés."

Le ministère des affaires étrangères souligne qu'à leur arrivée, les enfants ont bénéficiés d'une attention particulière avant d'avoir été remis aux autorités judiciaires :

"Ces enfants font l’objet d’un suivi médical et psychologique particulier et ont été remis aux autorités judiciaires."

La France, par l'intermédiaire de son ministère, a par la suite adressé des remerciements à la Syrie pour avoir collaboré en faveur de ces enfants.

"La France remercie les Forces démocratiques syriennes de leur coopération, qui a rendu possible cette issue. La décision a été prise au regard de la situation de ces très jeunes enfants particulièrement vulnérables"

Si des familles de djihadistes souhaitent revenir en France avec leurs enfants, d'autres pas du tout. C'est le cas de Dorothée, l'épouse du djihadiste Jean-Michel Clain qui ne regrette pas d'avoir rejoint Daesh.