Le syndrome rare qui vous fait croire que vous êtes mort

Littéralement, les patients atteints de cette terrible maladie ont l'impression que leurs organes sont en décomposition ou qu'ils ne comptent pas du tout sur eux. 

Une maladie étrange, appelée syndrome de Cotard, également classée dans le délire nihiliste, est une maladie mentale qui laisse croire au patient qu'il s'agit d'un cadavre. Cette condition est liée à l'hypochondrie. La personne touchée croit être mort, au sens figuré et au sens littéral. 

Il porte le nom du neurologue français Jules Cotard (1840-1889), qui décrivit cette maladie pour la première fois en 1880. 

Le chercheur définit ce syndrome comme un nouveau type de dépression caractérisée par des symptômes tels que la mélancolie anxieuse, des idées de condamnation ou de rejet, l'insensibilité à douleur, délires de la non-existence vis-à-vis de son propre corps et délires de l'immortalité. 

Une histoire raconte qu'en 1880, une femme qui prétendait ne pas avoir de cerveau se rendit chez un médecin français. 

La situation était encore plus alarmante lorsqu'il ajouta qu'il n'avait ni la poitrine, ni l'estomac ni les intestins. Elle était convaincue que son corps était en décomposition et que, à part, elle n'avait pas d'âme. 

Le docteur Jules Cotard a essayé de l'aider, mais la femme, convaincue qu'elle n'avait pas d'estomac, n'avait goûté à aucune morsure et était morte de malnutrition, donnant ainsi plusieurs noms à la maladie, dont le "syndrome des morts-vivants". 

Il y a un peu plus de 100 ans, le Britannique Charles Bonnet avait rencontré en 1788 une autre femme présentant les mêmes symptômes.

"Comme elle l'expliquait, un fort courant d'air froid la paralysait" comme si elle avait reçu un gourdin "et, après s'être évanouie, au réveil, elle a demandé à ses filles de l'envelopper dans un linceul et de la mettre dans un cercueil, où elle devait recevoir son état de défunt."

Ses filles se sont tournées vers un spécialiste qui la traitait à l'opium, ce qui l'a aidée d'une manière ou d'une autre, mais ne l'a pas empêchée de répéter certains épisodes toute sa vie. 

Apparemment, la femme "partant" et revenant avait de temps en temps des "conversations agréables" avec des personnes décédées et avait même dîné avec certains d'entre eux. 

L'article intitulé Entre vie et mort: Études de cas du délire Cotard (1996) décrit un cas relativement nouveau de délire de Cotard: un écossais dont le cerveau a été endommagé lors d'un accident de moto. 

L’homme, qui s’est rendu en Afrique du Sud au début des années 90 après avoir été libéré, a déclaré qu’il était en enfer. Logiquement, sa mère qui l'accompagnait pensait qu'il faisait allusion à la chaleur qu'il faisait à l'endroit. 

Mais il a également commencé à insister sur le fait qu'il était décédé de septicémie (un risque réel au début de son rétablissement) ou du sida. 

Enfin, le jeune homme pensait qu'il avait "emprunté l'esprit de sa mère pour lui montrer l'enfer" et que le corps de sa mère était vraiment endormi en Écosse. 

RAPPORTS DU SYNDROME DE COTARD 

Une enseignante à la retraite, âgée de 65 ans, a comparu devant des spécialistes souffrant d'une maladie mentale. 

Ses symptômes se résumaient initialement à: tristesse de l'humeur avec l'aggravation de l'aube, socialisation médiocre, anhédonie, anxiété marquée, diminution du sommeil et de l'appétit, idées de dévalorisation, de désespoir, de péché et de culpabilité. 

Au fil du temps, ces épisodes se sont aggravés et ont entraîné des délires de catastrophe, de nihilisme, de pauvreté et de persécution. Et plus tard, il a dit que son cerveau avait cessé de fonctionner. 

L'homme avait l'habitude de fumer des cigarettes de manière dépendante au cours des 30 dernières années de sa vie. 

Le désespoir face à la dépression a même conduit à la tentative de suicide, alors qu'il tentait de se suicider en se pendant.

Dans une note, il a révélé qu'il souhaitait se suicider parce qu'il craignait de propager une infection mortelle aux villageois, qui pourraient souffrir d'un cancer. Ce qui l'a amené à essayer plusieurs fois. 

Une fois admis à l'hôpital, le diagnostic définitif était une dépression sévère accompagnée de symptômes psychotiques. Ses investigations, y compris la fonction thyroïdienne IRM et le test cérébral, n'ont révélé aucune anomalie. 

De cette manière, les médecins ont attaqué les points faibles des examens: ils ont corrigé leurs carences nutritionnelles. Sa dépression a été traitée par 9 séances de traitement électro-convulsif bilatéral modifié (TCE) pendant trois semaines. 

Heureusement, ses symptômes ont complètement disparu au bout de sept semaines et il a maintenu une amélioration après son congé. 

ⓘ Les informations délivrées dans cet article ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis, diagnostic ou traitement médical professionnel. Tout le contenu, y compris le texte et les images contenues sur, ou disponibles à travers ce AMOMAMA.FR sont fournis à titre informatif. Le AMOMAMA.FR ne saurait être tenu responsable de l'usage qui pourrait être fait des informations à la suite de la lecture de cet article. Avant de commencer un traitement quelconque, veuillez consulter votre fournisseur de soins de santé.

Les postes connexes
People Apr 06, 2019
"Une maladie suicidaire" : la femme souffre d'une maladie terrible qui fait que les victimes souhaitent être mortes
Feb 07, 2019
Un élève de 20 ans meurt après avoir mangé des pâtes alimentaires datant de 5 jours, le syndrome rare diagnostiqué
Santé Apr 01, 2019
Un enfant de 2 ans atteint d'une maladie cérébrale rare est dans un état critique après avoir contracté la grippe
Feb 08, 2019
Un "maître herboriste" inculpé dans la mort d'un garçon diabétique pour avoir convaincu les parents de ne pas lui donner de l'insuline