Alexia Daval : retour aux tournants et aux zones grises du meurtre

Après de nombreux rebondissements, et des reports notamment dus à la crise sanitaire, le procès de Jonathann Daval devrait se tenir à Vesoul, du 16 au 20 novembre 2020. Retour sur un feuilleton judiciaire qui a duré plus de trois ans.

Alexia Daval a disparu le matin du 28 octobre 2017. Le corps de la jeune femme fut retrouvé partiellement calciné le 30 octobre 2017 dans les bois de la Vraive. Après de longs travaux d’investigations, son mari a avoué qu’il était l’auteur de ce meurtre.

LES CIRCONSTANCES DE SA DISPARITION

Alexia Daval était une jeune femme qui habitait à Gray-la-Ville (commune voisine de Gray). Sa disparition fut signalée le 28 octobre 2017. Son mari, Jonathann Daval, déclarait alors qu’elle était partie faire un jogging. Des gendarmes étaient mobilisés afin de rechercher son corps aux alentours de son parcours habituel.

Après deux jours de recherches, son corps a été retrouvé dans les bois de Vraire. Celle-ci était en partie calcinée et cachée en suite sous des branches. L’autopsie conclura qu’elle a été frappée et étranglée à main nue.

La nouvelle a suscité une vive émotion sur le plan national. Le 5 novembre 2017, près de huit mille personnes se sont rassemblées pour une marche silencieuse à la mémoire de la victime.

SON ÉPOUX COMME PRINCIPAL SUSPECT

La surmédiatisation de l’affaire n’arrangera en rien le travail des enquêteurs. Le cas Alexia Daval fera des vagues jusque dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale. Après de multiples rebondissements Jonathann Daval, le mari de la jeune femme, finit par être mis sur la liste des suspects. Au terme de 30 heures de garde à vue, ce dernier fini par avouer son crime. Il a été ainsi mis en examen pour “meurtre”.

Dans les mois qui ont suivi le meurtre de la jeune joggeuse, les preuves à charges contre Jonathann Daval se sont multipliées. Des fragments d’ADN ont été retrouvés dans sa voiture de fonction.

Le GPS du véhicule indiquait également des éléments laissant penser que celui-ci avait servi à déplacer le corps de la jeune femme. Plus tard, des traces de somnifère ont été trouvé dans le sang d'Alexia Daval. La famille a alors demandé un complément d'information au sujet d’un possible empoisonnement.

CONFRONTATION ET RECONSTITUTION

La surmédiatisation de l’affaire Alexia Daval n’a pas facilité le travail de la justice. Les enquêteurs ont déploré de nombreuses fuites. Le 7 décembre 2018, une longue journée de confrontation a eu lieu entre l’accusé et les membres de la famille de la victime.

À la demande des avocats de la défense, ils se seraient tous rendus sur les lieux où le corps en partie calciné de la jeune femme a été découvert.

Une reconstitution a été organisée en présence de la famille de la victime et du principal suspect le 17 juin 2019. Cela a permis de dissiper certaines zones d’ombres qui entouraient cette sombre affaire. 

CERTAINES ZONES D'OMBRE DEMEURENT

Trois ans se sont écoulés depuis la disparition d’Alexia Daval. Ce temps à vu passer de nombreuses phrases chocs de la part des concernés. Ainsi, malgré les aveux de Jonathann Daval, certaines zones d’ombres persistent.

Après avoir été reporté à cause de la crise sanitaire, le procès qui aura lieu devant la cour d’assises de la Haute-Saône à Vesoul, du 16 au 20 novembre 2020, permettra sans doute de faire la lumière sur toute cette affaire.

LES AVEUX DE JONATHANN DAVAL

Les parents d’Alexia Daval ont raconté les circonstances qui ont amené Jonathann Daval à avouer son crime. C’est la belle-mère du présumé meurtrier qui a réussi à le faire craquer, longtemps après avoir tenté d’accuser son beau-frère. Découvrez leur témoignage.

Les postes connexes
GettyImages
Actu France Oct 27, 2020
Le procès de Jonathann Daval affecté par la Covid-19
Twitter/franceinfoplus
Actu France Oct 07, 2020
Affaire Alexia Daval : l'avocat de Jonathann est accusé
twitter.com/franceinfo
Actu France Sep 07, 2020
Disparition d'Estelle Mouzin : la vie de sa famille depuis le drame
Getty Images
Histoires virales Nov 02, 2020
Affaire Jonathann Daval : il a "encore des choses à dire", selon son avocat