Jonathann Daval a reproduit la scène d’horreur avec un mannequin censé représenter sa conjointe

La reconstitution du meurtre d’Alexia Davia a été réalisé le lundi 17 juin 2019. Les parents de la jeune femme, battue à mort par son mari Jonathann en octobre 2017, ont dû affronter le récit pour reproduire l’horrible scène du meurtre de leur fille.

Jonathann Daval a reconstitué le drame de l’assassinat de sa femme, en présence de sa belle-famille, dans l’ancien résidence du couple où leur histoire d’amour s’est terminée tragiquement.

Alexia Daval rêvait d’avoir un enfant et suivait un traitement hormonal.

La jeune femme aurait demandé de faire l’amour avec son mari Jonathann, mais ce dernier aurait refusé. Il aurait alors porté des coups à sa femme qui l’aurait ensuite griffé et mordu au bras.

“C’est un mobile extrêmement instantané, sans aucune préméditation, qui provoque en général un déferlement de violences”,

explique maître Randall Schwerdorffer, avocate du mari.

Durant la reconstitution du meurtre, un moment poignant s’est produit. Jonathann était face à un mannequin censé représenter sa défunte épouse, en présence de ses beaux-parents.

“Quand il a mimé l’étranglement, cela a été un moment absolument terrible. Cinq minutes, dans ces circonstances, c’est vraiment très long”,

a confié un témoin de la scène auprès du Parisien.

L’ancien informaticien s’est attaqué au mannequin comme il a fait avec sa conjointe, en cognant le crâne contre un mur de béton avant de lui porter plus de cinq coups au visage.

Il lui a ensuite étranglé le coup pendant cinq minutes. Les Fouillot étaient en larmes en revivant cette scène.

Après avoir été battue à mort par son mari, Alexia a chuté dans les escaliers. Jonathann a alors traîné son corps dans les marches jusqu’au garage, avant de le mettre dans le coffre.

Il raconte qu’il a dû prendre des somnifères, mais il n’arrivait toujours pas à dormir. Il vérifiait de temps en temps le coffre de sa voiture.

“Il voulait vérifier qu’il ne faisait pas un mauvais rêve, il n’arrivait pas à croire qu’il ait fait cela”,

raconte l’avocate de Jonathann Daval.

Avant de prendre le volant vers le bois d’Esmoulins, où le cadavre a été retrouvé, il a envoyé un SMS à la soeur d’Alexia pour dire que sa femme était partie faire du jogging. Il avait tout planifié après avoir commis l’irréparable.

Il a également avoué avoir brûlé une partie du corps avec un briquet et une bombe de mousse expansive.

“Je vous demande pardon, même si je sais que je suis impardonnable”,

demande-t-il à ses beaux-parents.

Devant la presse, Isabelle Fouillet, mère de la victime, a évoqué le pardon.

“Par rapport à Alexia, je ne sais pas. C’est tellement dur… Je sais que Jonathann nous aime et nous aussi, on a des liens très forts avec lui. L’important, c’était la vérité, le pardon viendra après”,

s’exclame la mère de famille dévastée, avec sa douce voix qui a beaucoup aidé durant la reconstitution du meurtre en faisant avouer à son gendre certaines vérités.

LA VERSION FINALE DES FAITS

Après que les autorités aient découvert le corps d’Alexia dissimulé dans les bois, Jonathann Daval a donné plusieurs versions.

D’abord, il a avoué le meurtre avant de faire un nouveau rebondissement en accusant le beau-frère de sa défunte épouse d’être le meurtrier.

"Il a admis qu'il avait non seulement donné la mort mais également procédé à la crémation partielle du corps",

a déclaré Etienne Manteaux, procureur de la République après la reconstitution du meurtre.