Cet homme de 59 ans meurt d'une amibe "dévoreuse de cerveau" qu'il a attrapée en nageant

Jacques Ronny
30 juil. 2019
08:20
Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

Un Américain âgé de 59 ans est décédé des suites d’une infection rarissime le 22 juillet 2019. Il aurait aspiré une amibe “dévoreuse de cerveau” lors d’une baignade. 

Annonces

Des responsables de la santé publique du comté de Cumberland (Etats-Unis) ont signalé qu’un homme aurait perdu la vie en raison d’une rare maladie causée par une amide présente dans les eaux douces chaudes dont le niveau est bas pendant l’été.

Il s’agit d’Eddie Gray, un Américain de 59 ans. Le quinquagénaire se baignait dans le parc aquatique Fantasy Lake, à Cumberland, quand cette amibe dangereuse a pénétré dans son nez. 

Selon les responsables de la santé publique du comté, Gray est tombé malade après avoir nagé dans le lac le 12 juillet 2019.

Annonces

Selon les autorités locales, la présence de ce micro-organisme dans les eaux douces et chaudes, de plus de 25°C est tout à fait naturelle.

Une fois aspirée par le nez, l’amibe, appelée “naegleria fowleri”, devient mortelle. En effet, elle pénètre dans le cerveau, puis remonte vers le nerf olfactif pour ensuite dévorer le tissu cérébral. Cependant, elle ne présente aucun danger quand elle est aspirée par la bouche. 

Toutefois, la maladie est difficile à être diagnostiquée. La victime pourrait souffrir de maux de tête, de nausées et de vomissements.

Annonces

De plus, la maladie prendre rapidement du temps à progresser, et en génaral, le patient meurt au bout de dix jours après avoir aspiré l’amide par le nez, comme le cas d’Eddie Gray.

“Nos sympathies vont à la famille et aux êtres chers. Les gens doivent savoir que cet organisme est présent dans les lacs, les rivières et les sources chaudes d'eau douce de la Caroline du Nord. Soyez donc vigilants lorsque vous nagez ou appréciez sports nautiques." 

a déclaré Zack Moore, un épidémiologiste d'État.

Les infections à Naegleria fowleri sont rares mais restent les plus dangereuses. Entre 1962 et 2018, 145 personnes ont été diagnostiquées de cette maladie aux Etats-Unis, et seules quatre personnes n’ont pas succombé.

Annonces

Après cet incident, les responsables de santé locaux ont pris des mesures pour éviter l’aspiration de l’amibe. Comme il est impossible d’éradiquer ces micro-organismes, il est toutefois conseillé de limiter la quantité d'eau qui pénètre dans le nez.

Il faut donc utiliser un pince-nez avant de se baigner dans de l’eau douce longtemps exposée au soleil. 

Annonces

À part l’amibe dévoreuse de cerveau, il y a également une piqûre très connue mais peu de gens connaissent qu’elle peut être mortelle.

Au mois de mai 2018, une mère du nom de Tamela Wilson se trouvait au travail quand elle a remarqué qu'elle avait deux tiques sur le corps, ce qui a conduit à son décès.

Sa famille tient à avertir tout le monde du risque que présente l’insecte qui a tué la mère de famille. 

  

Annonces